Au fil de l’Évangile Mercredi des Cendres : Une prière authentique

Commentaire du mercredi des Cendres. "Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra ». La prière authentique d'un enfant de Dieu ne se limite pas à des mots, mais transforme la vie. Demandons au Seigneur de faire de nous des âmes de prière, qui transmettront la joie et la paix où que nous soyons.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile Mercredi des Cendres : Une prière authentique

Évangile (Matthieu 6, 1-6.16-18)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »


Commentaire

Aujourd'hui commence le Carême, les quarante jours de préparation à Pâques, et l'Église, comme chaque année, élève la voix pour rappeler aux chrétiens l'appel à la pénitence et à la conversion personnelle.

Le violet des vêtements sacerdotaux et du voile qui couvre le tabernacle entre par les yeux et la phrase "Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras à la poussière" nous introduit dans ce temps liturgique qui précède les mystères centraux de notre foi.

Dans le passage de l'Évangile que l'Église nous invite à considérer aujourd'hui, le Seigneur se concentre sur les actes fondamentaux de la piété individuelle : l'aumône, le jeûne et la prière.

Il n'y a pas de plus grand sacrifice qu'un cœur pur (cf. Psaume 50), et c'est pourquoi Jésus, face à un éventuel accomplissement purement extérieur de ces pratiques, nous enseigne que la vraie piété doit être vécue avec une intention juste, dans l'intimité avec Dieu et en évitant toute ostentation.

Si la pureté du cœur s'obtient par la communion intime avec le Seigneur, la prière doit nécessairement être une opération marquée par la simplicité et la véracité avec lesquelles nous cherchons le Seigneur et nous nous laissons trouver par lui.

"Que notre esprit soit conforme à ce que disent nos lèvres", écrivait saint Benoît dans sa célèbre Règle. Et maintenant, en cette période de pénitence spéciale, nous pouvons aussi dire que nos sens, notre corps et toutes nos actions doivent aussi être en accord avec ce que nous exprimons par la parole.

C'est pourquoi la prière est si étroitement liée au jeûne et à l'aumône. Un dialogue personnel et aimant avec notre Dieu Père qui n'est pas accompagné d'œuvres est difficile à montrer une prière authentique, une prière qui donne vie aux autres et qui change nos vies.