Au fil de l'Évangile du vendredi : Dieu a confiance en nous

Commentaire du vendredi de la 2ème semaine de Carême. "Quand le temps des fruits approchait, il envoyait ses serviteurs chez les maraîchers pour recevoir leurs fruits". Dieu nous a donné la capacité de porter des fruits merveilleux. Et le temps de les donner est marqué par l'amour : la générosité quotidienne avec laquelle nous les mettons au service de Dieu et des autres.

Opus Dei - Au fil de l'Évangile du vendredi : Dieu a confiance en nous

Évangile (Matthieu 21:33-43,45-46)

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple :

« Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant :

“Ils respecteront mon fils.”

Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux :

“Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”

Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »

On lui répond :

« Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »

Jésus leur dit :

« N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »

En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux. Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.


Commentaire

L'Évangile de la messe nous rappelle l'une des paraboles les plus dramatiques de Jésus. Et il en est ainsi parce qu'il expose ce qui est caché dans le cœur de l'homme. L'image de la vigne nous ramène à l'Ancien Testament et, d'une manière très particulière, au cinquième chapitre du livre d'Isaïe. La vigne, c'est Israël, le peuple sur lequel Dieu a déversé son amour et ses dons d'une manière si particulière. La vigne nous parle de soins, de fruits, de vie. Par sa prédication et ses œuvres, Jésus a essayé de nous faire comprendre le caractère incommensurable de l'amour de Dieu le Père pour nous : un amour fidèle qui ne se retire jamais, même lorsqu'il est rejeté.

La parabole du Seigneur nous parle de personnes qui ont tourné le dos à l'amour de Dieu et ont corrompu le dépôt qui leur a été confié. Une fois de plus, l'ingratitude, l'orgueil et la cupidité sont à l'origine de la destruction et de la mort. Une cécité, quelque peu irrationnelle, pourrait nous amener à penser que ce que nous avons, nous l'avons par notre propre mérite : que personne ne nous l'a donné. Un cœur endurci pourrait en venir à voir le reste de la création en termes de son propre bénéfice. Aussi triste qu'une autre chose : qu'avez-vous que vous n'avez pas reçu ? Et si vous l'avez reçu, pourquoi vous vantez-vous comme si vous ne l'aviez pas reçu ? (1Co 4 : 7) ; que personne ne maltraite ou ne trompe son frère (1Th 4 : 6).

Les fruits proviennent de la gratitude et de l'humble amour. Nous sommes des créatures, et Dieu a voulu faire de nous des participants à la protection et au gouvernement de ce qui est venu de ses mains, de toute la création. Mais d'une manière très particulière des personnes et, parmi elles, avec un engagement spécial, de ceux qui partagent notre foi. La conséquence logique est claire : accepter les dons de Dieu avec humilité, se mettre au service des autres, se connaître comme porteurs de l'Évangile afin que tous puissent connaître l'amour de Dieu pour eux et ce à quoi il nous appelle. Tout cela n'est possible que si nous acceptons le Christ, la pierre angulaire, car lui seul est capable d'éclairer tout notre être, de nous faire vivre l'amour du Père en plénitude et de voir tout le monde comme un bien-aimé du Père.