Au fil de l'Évangile de jeudi : quand la sonnette de Dieu ne fonctionne pas

Commentaire du Jeudi 1ère semaine de Carême. "Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et on vous ouvrira". N'avons-nous pas tous eu le sentiment de frapper à la porte de Dieu, et craindre que la sonnette ne marche pas ? Si le Seigneur semble tarder à nous répondre c'est peut-être parce qu'il veut que nous soyons mieux préparés à recevoir ses cadeaux.

Opus Dei - Au fil de l'Évangile de jeudi : quand la sonnette de Dieu ne fonctionne pas

Évangile (Matthieu 7, 7-12)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.

Ou encore : lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ? Ou bien lui donnera un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. »


Commentaire

Peut-être sommes-nous nombreux à partager cette expérience courante : celle de prier ou d'avoir prié pour une personne, pour une intention ou pour une cause sainte et bonne, mais cela ne se passe pas comme nous l'aurions voulu. Ou tout simplement cela ne fonctionne pas : ce membre de la famille qui est encore loin de Dieu, cet examen médical qui nous donne un résultat décourageant, cette législation qui ne répond pas à la dignité humaine.

La frustration, le sentiment d'impuissance, le doute face à l'apparente immobilité de Dieu sont renforcés lorsque nous entendons l'écho de ces paroles de Jésus : "Demandez et il vous sera donné ; cherchez et vous trouverez ; frappez et on vous ouvrira".

Mais alors, où cela nous mène-t-il ? N'avons-nous pas tous demandé beaucoup de choses qui ne nous ont pas été données ? N'avons-nous pas tous eu le sentiment de frapper à la porte de Dieu, et il semble que la sonnette ne fonctionne pas ?

Notre perplexité est compréhensible, mais c'est précisément pour cela qu'il est important que nous allions au-delà de notre propre regard : il est essentiel d'acquérir progressivement, avec l'aide du Saint-Esprit, le point de vue de Dieu, dans notre prière. Nous réaliserons ainsi que, paradoxalement, lorsque le Seigneur nous fait attendre, c'est parce qu'il veut nous préparer à mieux recevoir ses dons.

Saint Augustin nous l'explique : "Notre Dieu et Seigneur ne veut pas que nous lui dévoilions nos désirs, car il ne peut certainement pas les ignorer, mais il veut que, par la prière, nous augmentions notre capacité de désirer, afin que nous devenions plus aptes à recevoir les dons qu'il nous prépare. Ses dons, en fait, sont très grands et notre capacité à recevoir est petite et insignifiante.

Ainsi, cette attente persévérante qu'est la prière de demande aide les personnes ou les intentions pour lesquelles nous prions, mais elle nous est aussi profitable. Le Seigneur est Père, et il nous donnera donc beaucoup plus que ce à quoi nous aspirons.

Mais il est bon de ne pas perdre de vue les dernières paroles de Jésus dans ce passage : " Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, faites-le aussi pour eux ". La persévérance dans la prière doit aller de pair avec la charité : si nous nous comportons comme le Christ envers tous les peuples et dans toutes les situations, Dieu le Père nous regardera avec fierté et comblera tous les désirs de notre cœur.