Au fil de l'Évangile : "Croire pour voir"

Commentaire de l’Évangile du vendredi de la 1ère semaine de l’Avent. « Alors il leur toucha les yeux, en disant : ‘Que tout se passe pour vous selon votre foi !’ Leurs yeux s’ouvrirent ». Dieu veut parfois que nous le suivions à tâtons. C’est l’heure de la confiance, du recueillement pour écouter plus attentivement le Christ qui passe à côté de nous.

Évangile Mt 9, 27-31

Tandis que Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! »

Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ?»

Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. »

Alors il leur toucha les yeux, en disant :

« Que tout se passe pour vous selon votre foi ! »

Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté :

« Attention ! que personne ne le sache ! »

Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.


Commentaire

Parmi les miracles que le Seigneur a fait dans sa vie publique, il y en a un qu'il a spécialement aimé : rendre la vue aux aveugles. La vue est le sens que nous considérons le plus important aujourd'hui, peut-être parce que nous avons l'idée que la connaissance passe principalement par les yeux, et même dans la foi : "il faut voir pour croire".

Dans l’Évangile d'aujourd'hui, Jésus nous enseigne exactement le contraire : "il faut croire pour voir". Alors qu'il quitte la maison de Jaïre, où il a ressuscité sa fille de douze ans, deux aveugles s'approchent de lui et se mettent à crier pour qu'Il ait pitié d'eux. Le Seigneur ne semble pas leur prêter attention et ils le suivent jusqu'à sa maison. Comme en d'autres occasions, Jésus laisse ceux qui veulent être guéris demander leur guérison avec insistance. Dans le cas des deux aveugles, cela présente un désavantage puisque, dans la mesure où ils ne voyaient pas le chemin, il était difficile pour eux de suivre les traces de Jésus et de ses disciples.

Parfois, Dieu veut que nous le suivions dans l'obscurité, quand à certains moments de la vie notre foi semble s'éteindre ou que le désir d'être fidèle à sa volonté s'est affaibli. C'est l'heure de la confiance, du recueillement pour écouter plus attentivement le Christ qui passe à côté de nous.

Arrivé à destination, le Maître se laisse toucher par les deux aveugles et leur pose une question qui ressemble presque à une affirmation : "Pensez-vous que je puisse faire cela ? Je sais que vous avez la foi, vous l'avez montrée en me suivant ici, mais j'ai besoin de l'entendre de vos lèvres. "Oui, Seigneur", nous croyons que tu peux tout faire. Et "leurs yeux s'ouvrirent", ils pouvaient voir leur vie à la lumière de Dieu.

Jésus insiste pour qu'ils ne le disent à personne, afin que des générations entières de chrétiens, comme toi et moi, puissent en faire l'expérience dans leur propre vie.

Giovanni Vassallo // Francisco Moreno - Unsplash