“Ton travail doit être lui aussi une prière”

Avant de commencer à travailler, place un crucifix sur la table ou près de tes instruments de travail. De temps en temps, jette-lui un coup d'œil... Quand tu sentiras venir la fatigue, ton regard se tournera vers Jésus, et tu retrouveras des forces nouvelles pour persévérer dans ton effort. Car ce crucifix est plus que le portrait d'un être cher — les parents, les enfants, la femme, la fiancée. Il est tout: ton Père, ton Frère, ton Ami, ton Dieu, et l'Amour de tes amours. (Chemin de Croix, 11ème station, 5)

 

J'ai coutume de dire fréquemment que, durant ces moments de conversation avec Jésus qui, du tabernacle, nous voit et nous écoute, nous ne pouvons pas sombrer dans une prière impersonnelle; j'ajoute que si nous voulons que notre méditation aboutisse à un dialogue avec le Seigneur, le bruit des mots n'est pas nécessaire; il nous faut simplement sortir de notre anonymat et nous mettre en sa présence tels que nous sommes, sans nous cacher parmi la foule qui remplit l'église, ni nous répandre dans un verbiage creux et interminable, qui ne viendrait pas du cœur mais tout au plus d'une habitude vide de contenu.

Et j'ajoute maintenant que ton travail doit être lui aussi une prière personnelle; il doit devenir une grande conversation avec notre Père du Ciel. Si tu cherches à te sanctifier dans et à travers ton activité professionnelle, tu devras forcément faire en sorte qu'elle devienne une prière sans anonymat. Quant à tes efforts, ils ne sauraient non plus s'effacer dans l'obscurité anodine d'une tâche routinière, impersonnelle, car le stimulant divin qui anime ton travail quotidien serait mort à cet instant précis. (…) (Amis de Dieu, 64)