Saint JosémariaTextes du jour

“Portez les fardeaux les uns des autres”

Le Seigneur dit: "Je vous donne un commandement nouveau: aimez-vous les uns les autres. C'est à ce signe que l'on connaîtra que vous êtes mes disciples." — Et saint Paul: "Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi la loi du Christ." — Moi, je ne te dis rien. (Chemin, 385)

(…) Si nous faisions un tour d'horizon, il se pourrait que nous trouvions des raisons de croire que la charité est une vertu illusoire. Mais si toi et moi, nous en venons à envisager les choses avec un esprit surnaturel, nous découvrirons aussi la racine de cette stérilité: l'absence de relations intenses et continuelles, la méconnaissance de l'œuvre de l'Esprit Saint dans l'âme, dont le premier fruit est précisément la charité.

Reprenant quelques conseils de l'Apôtre — portez le fardeau les uns des autres et accomplissez ainsi la loi du Christ — un Père de l'Eglise ajoute: en aimant le Christ nous supporterons facilement les faiblesses des autres, même de celui que nous n'aimons pas encore parce que ses œuvres ne sont pas bonnes.

C'est ainsi que se précise et s'incarne le chemin qui nous fait grandir dans la charité. Si nous pensions qu'auparavant il nous faut exercer des activités humanitaires, des tâches d'assistance, faisant fi de l'amour du Seigneur, nous nous tromperions. Nous ne devons pas délaisser le Christ parce que nous nous occupons de notre prochain malade, étant donné que nous devons aimer celui-ci à cause du Christ.

Voyez l'exemple de Jésus. Sans cesser d'être Dieu, Il s'humilia, prenant la condition d'esclave pour pouvoir nous servir. Voilà la seule voie, le seul effort qui vaille la peine. L'amour cherche l'union, l'identification avec la personne aimée. En nous unissant au Christ, nous serons pris du désir de Le seconder dans cette vie de renoncement, d'aimer sans mesure et de nous sacrifier jusqu'à la mort. Le Christ nous place devant une alternative fondamentale ; dépenser notre existence personnelle égoïstement et en solitaires, ou nous consacrer de toutes nos forces à une tâche de service. (Amis de Dieu, 236)