“Le travail est un chemin de sanctification”

La conversion est chose d'un instant. — La sanctification est l'œuvre de toute la vie. (Chemin, 285)

L'Opus Dei se propose d'encourager des gens qui appartiennent à toutes les classes de la société à vivre la plénitude de la vie chrétienne au sein du monde. Autrement dit, l'Opus Dei entend aider les personnes qui vivent dans le monde — le citoyen ordinaire, l'homme de la rue — à mener une vie pleinement chrétienne, sans pour autant modifier leur mode normal d'existence, ni leur travail habituel, ni leurs rêves et aspirations.

Et donc, pour reprendre une phrase que j'écrivais il y a de nombreuses années, on peut dire que l'Opus Dei est à la fois ancien et nouveau comme l'Évangile. Il s'agit de rappeler aux chrétiens les paroles merveilleuses qu'on lit dans la Genèse: Dieu a créé l'homme pour qu'il travaille. Nous avons fixé les yeux sur l'exemple du Christ, qui a passé la quasi totalité de sa vie terrestre à travailler comme artisan dans un village. Le travail n'est pas seulement une des plus hautes valeurs humaines et le moyen par lequel les hommes doivent contribuer au progrès de la société: c'est encore un chemin de sanctification. (…)

L'Opus Dei est une organisation internationale de laïcs, dont font aussi partie des prêtres séculiers (une minorité très faible comparativement au nombre total des membres). Ses membres sont des gens qui vivent dans le monde, où ils exercent une profession ou un métier. Lorsqu'ils viennent à l'Opus Dei, ils n'abandonnent pas ce travail, mais, au contraire, ils cherchent une aide spirituelle afin de sanctifier ce travail habituel qu'ils transforment, en outre, en moyen de se sanctifier ou d'aider les autres à se sanctifier. Ils ne changent pas d'état — ils restent célibataires, mariés, veufs ou ils restent prêtres s'ils le sont — mais ils s'appliquent à servir Dieu et les autres hommes au sein même de cet état. L'Opus Dei n'exige ni vœux ni promesses. Ce qu'il demande à ses membres, c'est de s'efforcer, au milieu des déficiences et des erreurs inhérentes à toute vie humaine, de pratiquer les vertus humaines et chrétiennes, et de se savoir enfants de Dieu. (…) (Entretiens, 24)