"La Messe est une action divine"

N'est-il pas étrange que tant de chrétiens, si lents, voire solennels dans leur vie de société (ils ne sont pas pressés) ou dans leur vie professionnelle si peu active ou bien à table et quand ils se reposent (ils ne sont pas pressés non plus), se sentent pressés et pressent le prêtre à écourter, à abréger le temps réservé au Saint Sacrifice de l'Autel? (Chemin, 530)

Toute la Trinite est présente dans le sacrifice de 86 l'autel. Par la volonté du Père, avec la coopération du Saint-Esprit, le Fils s'offre en oblation rédemptrice. Apprenons à nous adresser à la Très Sainte Trinite, Dieu Un et Trine: trois personnes divines dans l'unité de leur substance, de leur amour, de leur action efficacement sanctificatrice.

Immédiatement après le lavabo, le prêtre invoque: Reçois, Trinité Sainte, cette oblation que nous t'offrons en mémoire de la Passion, de la Résurrection et de l'Ascension de Jésus-Christ, Notre Seigneur. Et, à la fin de la Messe, il y a une autre oraison de brûlant hommage à Dieu Un et Trine: Placeat tibi, Sancta Trinitas, obsequium servitutis meae... Que te soit agréable, Trinité Sainte, l'hommage de ton serviteur; ce sacrifice que, malgré mon indignité, j'ai présenté aux regards de ta majesté, rends-le digne de te plaire et capable, par l'effet de ta miséricorde, d'attirer ta faveur sur moi-même et sur tous ceux pour qui je l'ai offert.

La Messe — j'y insiste — est une action divine, trinitaire, pas humaine. Le prêtre qui célèbre sert le dessein du Seigneur, en Lui prêtant sa voix et son corps; il n'agit pas à titre personnel, mais in persona et in nomine Christi, en la personne et au nom du Christ.

L'amour de la Trinité pour les hommes fait que, de la présence du Christ dans l'Eucharistie, naissent pour l'Eglise et pour l'humanité toutes les grâces. C'est le sacrifice qu'avait prophétisé Malachie: De l'Orient au couchant mon Nom est grand parmi les nations, et en tout lieu un sacrifice d'encens est présenté à mon Nom ainsi qu'une offrande pure. C'est le sacrifice du Christ offert au Père avec la coopération du Saint-Esprit: oblation d'une valeur infinie, qui éternise en nous la Rédemption, ce que ne pouvaient faire les sacrifices de l'Ancienne Loi. (Quand le Christ passe, 86)