“Et l'on recommence de nouveau ! ”

La conviction que tu es pétri d'une "mauvaise pâte" (c'est-à-dire la connaissance que tu as de toi-même) te donnera cette réaction surnaturelle qui, face à l'humiliation, au mépris, à la calomnie fera que la joie et la paix s'enracineront de plus en plus dans ton âme...

Après le "fiat" (Seigneur, ce que Tu voudras) ton raisonnement dans ces cas-là devra être: "c'est tout ce qu'il a dit? On voit qu'il ne me connaît pas; sinon, il n'en serait certainement pas resté là." Convaincu de mériter un plus mauvais traitement, tu éprouveras de la gratitude envers cette personne, et tu te réjouiras de ce qui ferait souffrir un autre. (Sillon, 268)

Nous faisons continuellement l'expérience de notre manque d'efficacité personnelle. Mais il semble parfois que tout cela vienne ensemble, et se montre avec davantage de force, afin que nous nous rendions compte du peu de chose que nous sommes. Que faire ?

Expecta Dominum, aie confiance dans le Seigneur; vis d'espérance, nous suggère l'Eglise, avec amour et foi. Viriliter agite, comportez-vous avec virilité. Qu'importe que nous soyons des créatures d'argile, si nous avons mis notre espérance en Dieu ? Et s'il arrive que l'âme subisse une chute, un recul — bien qu'il ne soit pas nécessaire que cela se produise —, on lui administre le remède, comme l'on agit normalement dans la vie courante pour la santé du corps; et l'on recommence de nouveau !

(…) En présence de nos misères et de nos péchés, en présence de nos erreurs — bien que, par grâce divine, elles soient de peu d'importance —, ayons recours à la prière et disons à notre Père: Seigneur, sur ma pauvreté, sur ma fragilité, sur mon argile de vase cassé, Seigneur, mets des agrafes et, fort de ma douleur et avec ton pardon, je serai plus solide et plus beau qu'avant! Une prière consolante, que nous devrons répéter quand notre pauvre argile se brisera en morceaux. (…) (Amis de Dieu, nos 94-95)