Semeurs de paix et de joie

Mgr Xavier Echevarria a conféré dans l'après midi du 6 octobre dernier l'ordination sacerdotale à 24 diacres de l'Opus Dei originaires de treize pays. Environ deux mille personnes assistèrent à la cérémonie qui a eu lieu dans la basilique de Saint-Eugène à Rome. Parmi eux se trouvaient les parents des nouveaux prêtres.

Pendant l'homélie, le prélat de l'Opus Dei a rappelé le besoin que tous les chrétiens soient « des semeurs de paix et de joie, de la paix et de la joie que Jésus nous a apportées », comme aimait à le dire le bienheureux Josémaria. « Un besoin qui s'est manifesté de façon évidente depuis que, au cours des semaines passées, nous avons assisté à de tragiques actions terroristes qui ont troublé le monde et qui, malheureusement, dans une autre mesure, se répètent dans d'autres lieux où elles ne font plus l'objet des nouvelles. »

« Il revient spécialement aux prêtres, en tant que médiateurs entre Dieu et les hommes, de diffuser cette paix et cette joie surnaturelles dans le monde entier », a dit le prélat de l'Opus Dei. « Vous pourrez y parvenir particulièrement dans le sacrement de la pénitence, où le Christ, en se servant du prêtre, se penche sur chaque âme pour la guérir et lui rendre la paix. »

Mgr Xavier Echevarria a invité les assistants à prier pour la paix, une des intentions que le pape abrite au plus profond de son coeur en ce moment. « Je vous rappelle que le saint-père a récemment invité à réciter chaque jour le chapelet pour la paix dans le monde pendant tout le mois d'octobre. »

Eddy Caru : « Je ressens le besoin de la prière d'un grand nombre. »

Quand Édouard « Eddy » Caru a reçu l'ordination diaconale à Madrid, il y a six mois, il s'est retrouvé face à un vieux camarade de classe qu'il n'avait pas vu depuis 15 ans : « Alors, mon vieux ! Qu'est-ce que tu ressens dans cette soutane ? » « Rien d'autre qu'une très grande joie… et une responsabilité énorme », a répondu Eddy. Maintenant, ordonné prêtre par le prélat de l'Opus Dei, il explique que « le sacerdoce est un don de Dieu, totalement immérité » et que, pour cette raison, il ressent le besoin de la prière d'un grand nombre.

Le nouveau prêtre argentin, aîné de quatre enfants, considère qu'il doit une bonne part de sa vocation à l'exemple et à la prière de ses parents. « Ma mère m'a avoué récemment que son rêve était d'avoir un fils prêtre et qu'elle avait beaucoup prié pour cette intention ; mais elle ne m'en avait jamais parlé auparavant. » Il doit beaucoup également à l'exemple de son père qui « participait au service sacerdotal de la liturgie, une association qui se chargeait de trouver des prêtres pour administrer les derniers sacrements aux malades qui le désiraient. L'association fut fondée par un habitant de Cordoue juste après qu'il a vu mourir son propre père, de nuit, sans pouvoir trouver un prêtre. Mon père était semanero : il était chargé de rappeler à chacun son tour de garde. Cela m'a aidé à estimer tout particulièrement le sacerdoce. »

Goût pour la formation des autres

Une fois achevées ses études de droit, Eddy a travaillé dans l'équipe de direction d'une résidence universitaire. Plus tard il a participé aux débuts du collège Bosque del Plata. « J'ai pris goût à la tâche de former les autres, même si les débuts d'un collège sont difficiles, parfois héroïques, voire inexplicables. » Le collège a commencé avec trois professeurs et vingt et un élèves, dans un édifice abandonné, aménagé pour pouvoir y commencer les cours.

Lors de ses études à Rome, Eddy est resté en contact avec le collège Bosque del Plata, où il avait laissé de bons amis. « Il y a deux ans, deux frères jumeaux russes qui avaient émigré en Argentine, Boris et Pashka, se sont inscrits au collège. Un élève du collège a commencé à leur parler de Dieu, du Christ, et leur a appris le catéchisme. Peu de mois après, tous les deux ont été baptisés et maintenant je viens de recevoir une lettre qui m'annonce que l'un d'entre eux va entrer au séminaire. »

Champion de rugby

Eddy conserve aussi de bons souvenirs de ses camarades du collège Newman de Buenos Aires, spécialement de ceux qui jouaient avec lui dans la légendaire équipe de rugby. Eddy y a goûté les saveurs de la victoire dans le championnat junior argentin et a participé à l'inoubliable tournée de cette équipe en Afrique du Sud.

Ceux qui le connaissent depuis longtemps se rappellent qu'il jouait centre dans l'équipe de rugby et qu'il ne cessait d'encourager ses équipiers avant, pendant et après les matches.

Quatre opérations du genou ont contraint Eddy à pratiquer d'autres sports moins agités, mais il s'efforce de toujours faire un peu d'exercice.