Séjour du prélat à Barcelone

Le prélat de l'Opus Dei a fait escale à Barcelone les 5 et 6 juillet, dans le cadre du programme pastoral de juillet et août. Pendant son séjour à Barcelone, il a participé au 60e anniversaire de l'IESE (Institut d’Etudes Supérieures de l’Entreprise) et a eu plusieurs rencontres avec des familles, des représentants de l'Institució Familiar d'Educació (association de promotion de projets éducatifs), et des fidèles de la prélature.

Opus Dei - Séjour du prélat à Barcelone

Vendredi 5 juillet

Samedi 6 juillet

Le principal évènement du passage du prélat à Barcelone fut sa participation au Congrès d'éthique, qui a conclu le 60ème anniversaire de l'IESE Business School, de l'Université de Navarre. Il s'est ensuite rendu à la Résidence Bonaigua. Il a également rencontré les représentants des 16 écoles de commerce associées à l'IESE, ainsi que plusieurs familles.

Samedi 6 juillet. Rencontre avec les familles et les représentants des 16 écoles de commerce associées à l'IESE.

Rencontre avec les familles : parents, enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Lors de toutes ses réunions du samedi matin, Mgr Ocariz a demandé à tous de prier pour le Pape François. Il leur a rappelé que "nous sommes une très grande famille ouverte sur le monde entier, pour aider à transmettre la grande joie du christianisme".

Luz a expliqué au prélat comment elle stimule ses enfants pour qu’ils prennent leur vie en main, même si c'est parfois difficile. Elle lui a demandé des conseils pour ne pas perdre son temps, ce à quoi le prélat a répondu : "la prière est un bon moyen pour y parvenir et pour rester serein, car il y a souvent plus à faire que de temps disponible". Plus tard, il ajouta que c'est souvent "une question d'ordre ; avec de l'ordre, on trouve le temps pour faire plus de choses".

Les parents d'une des familles qu'il a rencontrées fêtaient leur 50 ans de mariage et l'un des enfants a demandé "des conseils pour arriver aux 50 ans de mariage de mes parents". Mgr Ocáriz a suggéré "de s'aimer chaque jour davantage, chacun avec ses défauts. Il faut aimer les gens tels qu'ils sont."

À notre époque technologique, Carlos a demandé comment trouver Dieu dans les téléphones portables. Le prélat a suggéré de "mettre une image sur l'écran d'accueil pour garder Dieu présent à l’esprit. Autre conseil : l'utiliser sobrement".

Un réseau d'écoles pour une seule mission

Les "écoles associées" forment un réseau ayant une mission unique qui, selon les termes du Prélat, consiste à " être des forgeurs du progrès humain, non seulement matériel mais aussi spirituel ". Ces écoles ont reçu le soutien de l’IESE dans leurs débuts puis dans leur développement.

Les professeurs et responsables de ces écoles de commerce ont partagé avec les dirigeants et les étudiants leurs expériences quotidiennes et leurs anecdotes quant à la transmission de l'identité chrétienne. En réponse à cette recherche, Mgr Ocáriz a mené une réflexion sur l'amitié : "relations personnelles, traiter les gens avec affection, voilà ce qu'est transmettre l'Évangile". Mgr Ocariz a également ajouté qu'une "école de commerce, qui se veut chrétienne, doit vivre la charité en commençant par la justice".

El prelado delLe prélat de l'Opus Dei a rencontré les représentants des 16 écoles de commerce associées à l'IESE

Léonce, de l'école ivoirienne MDE Business School, a raconté au prélat "comment ils essayent d'expliquer l'importance de la conciliation travail et famille dans leurs programmes".

Madame Ariño, professeur à l’IESE, a demandé à Mgr Ocariz comment arriver à cette relation personnelle alors qu’il y a tant de choses urgentes à faire. Le prélat a répondu : "Il faut réaliser que ce qui est le plus important n'est pas forcément le plus urgent. Les choses urgentes peuvent attendre et les choses très urgentes doivent attendre, comme disait saint Josémaria. L'amitié est l'une des choses les plus importantes, et il faut s'efforcer d'y consacrer du temps. » Enfin, le professeur Chinchilla, également de l'IESE, a parlé d’une initiative : IWIL (IESE Woman In Leadership), qui implique des dirigeantes d’entreprise et des femmes d'affaires.

Luis Romera, Préfet des Etudes de la Prélature et coordinateur de cette rencontre, a remercié les participants pour " les nombreuses initiatives de promotion sociale qu'ils réalisent et leur impact sur l'amélioration de la société. Cela vaut la peine de continuer ce travail qui aide tant de personnes et sert à diffuser l'Évangile."

Avant de partir pour New York, prochaine étape de son voyage pastoral, il restait encore quelques minutes pour visiter le « Colegio Mayor Monterols» où vivait Mgr Ocáriz quand il était à Barcelone.

Vendredi 5 juillet. 60e anniversaire de l'IESE : "L'entreprise est une communauté de personnes qui servent d'autres personnes"

L'école de commerce de l'Université de Navarre, IESE Business School, a conclu la célébration de son 60e anniversaire avec le congrès d'éthique : "L'entreprise et ses responsabilités sociales", auquel Monseigneur Fernando Ocáriz, Grand Chancelier, a participé.

Texte intégral de la conférence de Mgr Fernando Ocariz

Depuis 60 ans, l'IESE forme des cadres dans une approche éthique et humaniste de l'entreprise. Le congrès s'est penché sur les changements sociaux, économiques et technologiques qui demandent de repenser les rôles et responsabilités des entreprises et des dirigeants, et l'impact que peuvent avoir les écoles de management dans ce domaine.

Le doyen de l'IESE, Franz Heukamp, a ouvert le congrès en souhaitant la bienvenue aux participants qui ont rempli l'amphithéâtre, aux anciens étudiants de l'IESE, aux cadres, aux membres des écoles de commerce associées, aux employés et aux personnes connectées par vidéoconférence depuis les villes où l'école est basée : Madrid, New York et Munich. Monsieur Heukamp a rendu hommage à Mgr Alvaro del Portillo et à Mgr Echevarria (prédécesseurs du prélat actuel) qui les ont encouragés à "contribuer à l'amélioration de la société", en gardant à l'esprit que "chaque personne est importante".

La tâche la plus importante du dirigeant

Le Grand Chancelier de l'Université de Navarre et prélat de l'Opus Dei a ensuite donné sa conférence, qui a commencé par une action de grâce pour l'invitation au congrès et à saint Josémaria Escriva pour être "l'instrument de Dieu pour promouvoir cette initiative." L’idée centrale de la conférence était que " l'entreprise est une communauté de personnes qui servent d'autres personnes dans une société de personnes. Viennent ensuite les capitaux, les installations, la technologie et les réalités juridiques, subordonnés à cette considération première. »

Mgr Fernando Ocáriz a rappelé les origines de l'IESE et le rêve de saint Josémaria d'"améliorer la formation et la vie chrétienne de tant de personnes en Catalogne qui ont participé à la gestion d'entreprises de toutes sortes."

À la question : "quelle est la tâche principale du dirigeant?", Mgr Ocariz a répondu : "Rassembler, former, orienter, exiger, encourager, prendre soin et, à l'occasion, guérir, l'équipe humaine qui va mener à bien les activités de l'entreprise ". "D'où la nécessité pour les managers de garder à l'esprit que chacun est important, non seulement ni principalement pour ce qu'il apporte à l'entreprise, mais en raison de ce qu'il est, en lui-même", a-t-il ajouté.

Ce qui distingue l'IESE

"Depuis ce premier programme de formation des cadres qui a débuté en novembre 1958, l'IESE a connu des changements remarquables qui ont entraîné une amélioration professionnelle et personnelle pour des milliers de femmes et d'hommes qui ont bénéficié de l’impact de l'IESE sur la société", selon les mots de Mgr Ocariz.

La conférence du Grand Chancelier s'est conclue par un regard sur l'avenir : " Il reste beaucoup à faire : de nouvelles générations arrivent chaque jour dans vos salles de classe, vos programmes se multiplient, vous couvrez de plus en plus de pays, vos recherches reçoivent des éloges bien mérités... Mais ce qui distingue IESE, c'est cette référence constante aux valeurs éthiques et morales. Soyez lui toujours fidèles."

Avant de donner sa conférence, le prélat s’est réuni avec les responsables des écoles de l' « Institució Familiar d'Educació » (Institution Familiale d’Éducation), qui fête son 50e anniversaire cette année. Il les a encouragés à "transmettre l'espérance et la joie que l'on trouve dans la source de la foi". Les participants ont offert en souvenir à mgr Ocariz un "Fargalet", figure qui symbolise les étudiants de l'Institution, et lui ont décerné le titre de professeur honoraire.