Samedi 5 septembre : le cardinal Parolin ordonnera 29 prêtres de l'Opus Dei

Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Saint-Siège, ordonnera 29 prêtres de la prélature de l'Opus Dei samedi prochain, 5 septembre, en la basilique Saint-Eugène à Rome. La cérémonie débutera à 10h00 (UTC+2) et sera diffusée sur ce site web.

Opus Dei - Samedi 5 septembre : le cardinal Parolin ordonnera 29 prêtres de l'Opus Dei

Lien vers la retransmission en vidéo de la cérémonie

En raison des mesures nécessaires pour contenir la pandémie, certains parents des nouveaux prêtres et un petit nombre de fidèles invités seront autorisés à participer à la cérémonie.

L'émission sera transmise en direct, en streaming, par le lien suivant : www.opusdei.org/live

"Je voudrais savoir comment transmettre que nous sommes tous aimés par le Christ"

Parmi les personnes qui seront ordonnées se trouve Andrej Matis, 31 ans, qui sera le premier prêtre de la prélature en Slovaquie. Avant d'étudier la théologie à Rome, Andrej était musicien professionnel et a travaillé pendant plusieurs années comme violoniste dans le quatuor de musique de chambre "Mucha", avec lequel il a donné des concerts en Suisse, en République tchèque, en Italie, en Pologne, en France, en Autriche, au Luxembourg... "La beauté peut ouvrir des portes et parfois montrer le chemin, explique-t-il. Je pensais moi aussi que ces considérations n'étaient que de belles paroles, mais j'ai changé d'avis".

Un autre des nouveaux prêtres est le jeune médecin chilien Juan Esteban Ureta, 37 ans, qui a travaillé comme interne dans un centre médical à Concepción. Il affirme que maintenant, en tant que prêtre, il espère "pouvoir être un instrument pour que le pardon et la miséricorde du Seigneur atteignent de nombreuses personnes. Je voudrais savoir comment transmettre la bonne nouvelle de l'Évangile, à savoir que nous sommes tous aimés par le Christ".

Parmi les nouveaux prêtres, se trouvent plusieurs Africains, comme l'Ougandais Andrew Ekemu. Né à Kapchorwa en 1981, Andrew a étudié la médecine vétérinaire à l'université Makerere de Kampala. Il a travaillé pendant plusieurs années à la vaccination des vaches contre le nagana et au traitement des marabouts africains au zoo national de l'Ouganda. Au cours de ses études théologiques avant son ordination sacerdotale, il a achevé sa thèse de doctorat sur "La vision de l'histoire dans le livre du prophète Daniel". Il dit : "en Ouganda, nous sommes une population jeune, je vous demande donc de prier pour que de nombreux jeunes de mon pays puissent découvrir la grandeur d'une vie vécue avec le Christ et au service des autres".

Pensant à son avenir de prêtre, l'Italien Giovanni Vassallo souhaite "qu'en ces temps de pandémie, nous sachions accompagner les gens". Giovanni est né à Palerme et, avant d'étudier la théologie à l'Université pontificale de la Sainte Croix, il a étudié la philologie classique à l'Université de la Sapienza à Rome. Pendant dix ans, il a fait partie de l'équipe de direction de la Résidence universitaire internationale, où vivent des étudiants de nombreux pays, et il a enseigné le latin et la littérature dans une école à Rome.

En ce moment particulier, le Mexicain Roberto Vera, remercie Dieu pour "la merveilleuse famille dans laquelle il m'a fait naître, au sein de laquelle j'ai appris à l'aimer par-dessus tout". Et il ajoute : "Dieu me demande maintenant d'être prêtre pour célébrer la messe, pour réconcilier par la confession, pour administrer d'autres sacrements, pour parler de Jésus aux autres, pour accompagner ceux qui me le demandent, etc. C'est une très grande mission, je compte donc sur les prières de tous ceux qui lisent ces mots.

Guillermo Bueno, un autre ordinand, est né à Séville (Espagne) en 1983. Il est ingénieur en télécommunications de l'université de Séville, spécialisé en robotique et en automatisation. Avant d'envisager le sacerdoce, il s'est consacré à l'enseignement et à l'ingénierie, notamment au développement de systèmes d'identification biométriques. En 2013, il s'installe à Rome pour poursuivre des études de licence et de doctorat en théologie morale à l'Université de la Sainte-Croix. "J'ai comme exemple merveilleux un prêtre, saint Josémaria Escriva, explique Guillermo, un homme qui a su se faire tout à tous, essayant d'aimer tous ceux qu'il rencontrait comme Dieu les aimerait".

Les 29 candidats :

Les 29 candidats viennent d'Espagne, du Mexique, du Guatemala, du Chili, de l'Uruguay, de la Côte d'Ivoire, de la Slovaquie, de l'Argentine, du Costa Rica, des Pays-Bas, de l'Ouganda, du Pérou et de l'Italie. Voici leurs noms :

Santiago Altieri Massa Daus (Uruguay)

Alejandro Armesto García-Jalón (Espagne)

José Luis Benito Roldán (Espagne)

Guillermo Jesús Bueno Delgado (Espagne)

Juan Luis Orestes Castilla Florián (Guatemala)

José Luis Chinguel Beltrán (Pérou)

José de la Madrid Ochoa (Mexique)

Andrew Rowns Ekemu (Ouganda)

Pablo Erdozáin Castiella (Espagne)

Felipe José Izquierdo Ibáñez (Chili)

Kouamé Achille Koffi (Côte d'Ivoire)

Santiago Teodoro López López (Espagne)

Martín Ezequiel Luque Marengo (Argentine)

Andrej Matis (Slovaquie)

Carlos Medarde Artime (Espagne)

José Javier Mérida Calderón (Guatemala)

Claudio Josemaría Minakata Urzúa (Mexique)

Andrés Fernando Montero Marín (Costa Rica)

Ignacio Moyano Gómez (Espagne)

Miguel Agustín Mullen (Argentine)

Miguel Ocaña González (Espagne)

Ricardo Regidor Sánchez (Espagne)

Antonio Rodríguez Tovar (Espagne)

Manel Serra Palos (Espagne)

Juan Esteban Ureta Cardoen (Chili)

Giovanni Vassallo (Italie)

Roberto Vera Aguilar (Mexique)

Juan Ignacio Vergara (Pays-Bas)

José Vidal Vázquez (Espagne)