Les vœux du vicaire de l'Opus Dei : transmettez l'espérance !

Mgr Antoine de Rochebrune, vicaire de l'Opus Dei pour la France, vous présente ses vœux pour les fêtes de Noël et la nouvelle année.

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi » (Is 9, 1). Ce verset du livre d'Isaïe que reprend la liturgie de la Messe de la Nativité nous remplit de joie et d'espérance.

En m'inspirant de ce texte de la sainte Ecriture, je vous propose, chers lecteurs, quelques réflexions que je voudrais placer sous le signe de la lumière et de l'espérance.

Nous en sommes conscients : tout n'a pas été résolu il y a deux mille ans, le jour de la naissance de cet Enfant né de façon anonyme dans un lieu retiré de Palestine !

Alors que les villes, les rues et les maisons de notre pays sont illuminées par les lampions et les lumières de la fête, des coins obscurs ou ténébreux subsistent dans la société et dans le cœur de beaucoup d'hommes.

Certes, les problèmes de notre monde sont multiples. Mais je crois que l'un des plus grands malheurs de l'homme contemporain est la fermeture de son cœur à une vie spirituelle, que l'on pourrait qualifier de « ténèbres de l'esprit ».

La conséquence immédiate en est l'absence d'espérance qui envahit les consciences. Saint Paul, constatant la vacuité des divinités gréco-romaines, déclarait aux Ephésiens : « souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans le Christ,(...) sans espérance et sans Dieu dans le monde » (Eph 2.12). 

Aujourd'hui, les catholiques ont la clef de l'espérance :  « un enfant nous est né, un fils nous a été donné »(Is 9, 5). Vingt siècles plus tard, l'Espérance se concrétise comme une possibilité extraordinaire d'élévation de l'homme, sauvé et devenu fils de Dieu dans le Christ.

En ces jours de Noël, mettons-nous en marche pour annoncer comme les Anges « une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd'hui est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur » (Luc 2,10).

Noël est une fête « apostolique », et je formule ce désir que tous, l'année prochaine, nous soyons plus entreprenants, audacieux et constants pour annoncer la Bonne Nouvelle de l'Espérance que Dieu a mise dans nos cœurs.

Quel exemple nous donne Benoît XVI, dans ses voyages et son magistère ! En parlant des Journées Mondiales de la Jeunesse, il disait qu’elles ont été « comme une cascade de joie et d'espérance pour une vieille Europe et un monde en besoin de Dieu. Personne ne peut plus penser que la question de Dieu soit sans poids de nos jours ».

Recevez mes meilleurs vœux pour vous, vos familles et toutes les personnes qui vous sont chères. Que nous sachions rester en 2012 très unis au saint Père, aux évêques, et, pour les fidèles de l'Opus Dei, à notre prélat Monseigneur Xavier Echevarria.

En filigrane, j'ai évoqué dans ce message la crise dans laquelle les économies mondiales – et particulièrement l’Europe – semblent plonger. Il revient à chacun d'entre nous, selon ses compétences et ses possibilités, de réaliser des actes de solidarité et d'être pour tous semeurs de paix et de joie, comme aimait à le répéter saint Josémaria.

Soyez assurés de ma prière pour chacun d'entre vous, et laissez moi vous demander, en échange, l'aumône de votre prière pour mes intentions.

Avec toute mon amitié dans le Christ,

Monseigneur Antoine de Rochebrune Vicaire de l'Opus Dei pour la France