Les voeux de Noël du vicaire pour la France

Monseigneur Antoine de Rochebrune nous présente ses vœux à l’occasion de Noël.

Noël est arrivé ! une année s'achève. De grands changements se sont produits dans le monde, dans la vie de l'Eglise et peut être en chacun de nous. Notre monde avance à une vitesse étonnante, projeté vers l'avenir dans un temps qui s'accélère. Faut-il s'en inquiéter ? La crèche, plus que jamais, représente un lieu de lumière et d'espérance : l'Enfant Dieu, né à Bethléem, vient nous sauver. À son contact l'homme peut expérimenter une profonde transformation: la conversion du cœur.

Le Verbe Divin, en s'incarnant, se propose de toucher notre humanité. Les sacrements, spécialement la Confession et l'Eucharistie, sont – selon les mots de saint Josémaria - ces traces de l’incarnation du Verbe divin, une claire manifestation de la façon que Dieu — personne d’autre que lui ne pouvait le faire — a choisie et déterminée pour nous sanctifier et nous conduire au Ciel (Saint Josémaria, Lettre 19 mars 1967, n° 74).

Alors, laissons-nous toucher par le Christ, laissons-nous transformer par lui. Le Pape François a évoqué plus d'une fois la joie de l'Évangile ; il en a fait le titre d'une exhortation apostolique, dont je vous recommande vivement la lecture. Il nous invite à re-découvrir la joie d'être chrétien, et à transmettre cette joie. Tout simplement parce que la vie avec le Christ répond en plénitude à ce désir profond d'amour et de bonheur que l'homme porte en lui.

La crise économique touche une grande partie de la population de ce monde et notre pays est affecté. Rejetant l'égoïsme et l'individualisme, nous pouvons comprendre que la recherche du Bien Commun dans la société est la seule attitude véritablement humaine et humanisante. Parmi les lieux d'engagement qui attendent le chrétien, citons par exemple : la promotion de la vraie famille,  la solidarité avec les plus démunis, la défense de la vie depuis son commencement jusqu'au dernier souffle, l'accueil des personnes différentes ou étrangères, etc.

Toutes ces questions et bien d'autres encore nous rappellent ces mots  du Concile Vatican II : l'homme ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même (Gaudium et Spes 24). 

Sainte Fête de Noël, Bonne et Heureuse année 2014 !

Monseigneur Antoine de Rochebrune