Inauguration de l'« Institute for Industrial Technology » de Lagos

À l'occasion du prochain centenaire de la naissance du bienheureux Josémaria Escriva, vient de s'ouvrir l'« Institute for Industrial Technology » (IIT), un institut de promotion sociale au Nigeria.

L’objectif de l’IIT est de donner une formation technique et mécanique de qualité pour que tous les élèves arrivent à être hautement qualifiés et accèdent au monde du travail. Il s’agit d’un besoin fondamental, puisque le Nigeria, avec une population de 120 millions d’habitants a aujourd’hui un taux de chômage de 60% et que les actuelles structures éducatives sont insuffisantes.

Les principaux programmes de formation de l’IIT sont un cours d’électromécanique de trois ans, qui s’adresse à des jeunes âgés de 18 à 21 ans qui viennent de terminer leurs études secondaires, un cours de deux ans d’électromécanique qui s’adresse à des ouvriers des secteurs les moins privilégiés de la société, et d’autres cours de durée diverse. Quand les étudiants termineront leurs études, ils seront des experts en électricité, en mécanique, en électronique et en automatisation. Des cours d’éthique professionnelle constituent une part importante du « curriculum » proposé par l’IIT.

Précédemment, l’IIT avait commencé avec un cours expérimental acceptant dix étudiants. Maintenant, en cette première année, l’IIT accueille 75 étudiants et ce chiffre ira croissant avec les années. Comme pour d’autres initiatives promues par des fidèles de l’Opus Dei, l’IIT est ouvert à des personnes de toutes races, religions et tribus.

Les étudiants de l’IIT réalisent leur apprentissage dans deux lieux différents, l’usine et l’école. Cette dernière fournit l’enseignement général et de base, tandis que l’usine leur permet d’acquérir l’expérience spécifique de l’emploi, l’accent étant mis sur le travail en équipe.

Le directeur de l’IIT, Darlington Agholor, explique : « Le bienheureux Josémaria, fondateur de l’Opus Dei a toujours encouragé ce genre de projets à caractère social et solidaire et il y en a maintenant partout dans le monde. Il tenait beaucoup à aider les plus démunis, à améliorer leur condition sociale pour qu’ils puissent avoir les ressources nécessaires pour mener une vie plus digne. Il nous a encouragés, comme partout ailleurs dans le monde, à démarrer dès que possible, en comptant sur l’aide d’autres citoyens de bonne volonté, une école technique de promotion professionnelle accompagnée d’une solide formation chrétienne. Elle devrait toucher le plus grand nombre possible de personnes au Nigeria. Le 9 janvier 2002 l’école sera le cadeau d’anniversaire offert au bienheureux Josémaria, lors du centenaire de sa naissance. Ainsi nous voulons que notre école soit, de longues années durant, le témoignage de cette reconnaissance et de notre dévotion envers le bienheureux Josémaria. »

Le président du conseil de direction, Otunda Adegbesan, a rappelé que l’école veut être « un agent pour diminuer la pauvreté, l’école s’adressant essentiellement à des gens jeunes des secteurs économiques les plus bas de notre société ». Pendant l’inauguration, le représentant du ministère de l’éducation du Nigeria, Abimbola Davies, a dit qu’il s’agit « d’un exemple de la façon dont des citoyens peuvent promouvoir des initiatives en faveur de la société ».

L’IIT s’est provisoirement installé dans les locaux de la « Carnaud Metal Box », une entreprise de Lagos, qui a cédé à l’école ses bâtiments et ses machines. Cependant, des travaux de construction sur un terrain définitif de six acres ont déjà commencé au nord de Isheri, plus ou moins à dix kilomètres de l’emplacement actuel.

L’IIT a pour but de contribuer au processus de développement auquel les Nigériens sont en train de travailler. D’autres initiatives de fidèles de l’Opus Dei avec des caractéristiques similaires ont la même finalité depuis des années : le centre « ELIS » en Italie (Rome), l’institut rural « Valle Grande » au Pérou, la « Dagatan Farm School » aux Philippines, le centre technico-éducatif « Kinal » au Guatemala ou le centre technologique « Jarales » au Mexique parmi beaucoup d’autres.