Les débuts de l'Opus Dei en France

Le 20 octobre 1947, au petit matin, Fernando Maycas, âgé de 25 ans, arrivait en gare d'Austerlitz pour commencer les activités de l'Opus Dei en France.

Fernando Maycas n'oubliera jamais sa rencontre avec saint Josémaria, le 18 octobre 1947. Habituellement, le fondateur de l'Opus Dei donne à ceux qui partent dans un nouveau pays un crucifix, une bible... et une bénédiction.

Pour Fernando, premier membre de l'Opus Dei à partir en France, ce sera autre chose. Une relique du linceul d'Isidoro Zorzano, le premier membre de l'Opus Dei, dont le procès de béatification a été ouvert en 1948.

Le 19 au matin, Fernando quitte Madrid pour se rendre à Irun, à la frontière franco-espagnole. « À pied et sous la pluie », il traverse le pont international, unique liaison entre la France et l'Espagne en cette période de blocus, pour prendre le train de nuit à Hendaye.

Arrivé à Paris, « il y avait une grève des taxis. Je me suis rendu en métro au Collège d'Espagne, à la Cité Universitaire ». Il y côtoie essentiellement des réfugiés républicains espagnols.

« La France sortait de la guerre, et je n'avais pas d'argent. Jusqu'à ce que je puisse obtenir des tickets de restaurant universitaire, j'achetais une sorte de pain dont on pouvait se demander si la farine n'avait pas été remplacée par du ciment ! ». Un mois plus tard, deux autres étudiants (Alvaro Calleja et Julian Urbistondo) le rejoignent.

Alvaro et Fernando vivront deux années scolaires à la Cité U. C'est au cours de cette période qu'ils établiront les premiers contacts avec d'autres étudiants français. Lorsqu'il quitte Paris, Fernando Maycas ne sait pas encore que saint Josémaria va lui proposer de devenir prêtre.

En juillet 1953, l'abbé Maycas rejoint à Paris un groupe de trois étudiants arrivés l'automne précédent. Ils trouvent un logement chez un ami de l'abbé, journaliste au « Monde », envoyé à Madrid pour une année.

Le 14 janvier 1955, ils installent le premier centre de l'Opus Dei en France, au boulevard Saint-Germain.

L'abbé Maycas aura ensuite exercé son sacerdoce dans plusieurs villes de France, avant d'être nommé par le cardinal Lustiger vicaire judiciaire du diocèse de Paris.

Il exerce actuellement son ministère sacerdotal à Paris.