Etude solidaire : "En étudiant, tu coopères"

Le club Fontneuve et la résidence universitaire Les Ecoles dont l’Opus Dei anime l’aumônerie participent cette année à une initiative originale : « les olympiades d’étude solidaire ».

Initiatives sociales

Anne-Claire, étudiante et monitrice à Fontneuve, nous explique en quoi elles consistent :

« Le concept des Olympiades d’Etude Solidaire peut être résumé par le slogan ‘ En étudiant, tu coopères ’. Le principe est le suivant : les jeunes sont invités à se rendre dans des salles d’étude habilitées par le projet, pour étudier et y être sensibilisés aux problèmes du développement. Dans le concret, et grâce à l’aide des entreprises partenaires, une heure d’étude fera tomber 1 euro dans la caisse d’un projet sponsorisé. Pour nous, il s’agit d’une école à Haïti.

Le fait d’étudier devient synonyme de « coopération » et de « participation active » et nous souhaitons qu’ainsi, ces jeunes se sentent acteurs d’un  changement qu’ils ont choisi de mener d’opérer en utilisant leurs propres ressources. Le but fondamental de cette action reste de former des citoyens conscients des enjeux auxquels font face les sociétés et conscients de leur responsabilité comme acteur social. »

Cécile, lycéenne, participe activement au projet :

« Savoir que l’on aide des enfants à l’autre bout de la planète en étudiant, c’est très motivant ! On inscrit au fur et à mesure les heures d’étude réalisées, et on essaie d’obtenir un objectif : 600 € pour Haïti. C’est à dire tout de même 600 heures d’étude à nous tous ! Tous les samedis, je viens faire quelques heures, et ainsi je suis efficace sur tous les plans : pour mon propre travail, et pour les écoliers d’Haïti. Ca ne coûte rien, juste un peu d’effort et de persévérance, et ça aide les autres. Je réalise aussi la chance que j’ai de pouvoir étudier dans de bonnes conditions. Puisque pour l’instant, je suis encore trop jeune pour partir et coopérer directement, je suis très contente de participer à un tel projet à distance ».

Cécile

Marie-Théophane de la résidence Les Ecoles a déjà offert 15 heures d’études. Elle nous parle plus en détail de l’association qui organise ces Olympiades :

« C’est l’association ACTEC qui les a lancées. Elle a été créée le 12 octobre 1982 et est reconnue depuis 1983 comme ONG de développement par le Gouvernement belge et la Commission Européenne. Elle a pour but principal de promouvoir le développement dans les pays moins avancés et travaille essentiellement en Amérique Latine, en Afrique et au Liban. « Un métier pour tous » est sa devise.

L’Association appuie surtout des projets de formation technique et professionnelle s’adressant aux personnes pauvres et marginalisées dans les pays en voie de développement. Une attention particulière est accordée aux problèmes des femmes, généralement les plus vulnérables, et des jeunes qui n’ont pas accès à une formation professionnelle adéquate.

L’objectif de l’action est de permettre à chaque jeune qui participe de soutenir des projets éducatifs dans les pays du sud. Cela contribue ainsi à éduquer de nombreux jeunes européens aux valeurs de solidarité et de responsabilité en les sensibilisant aux défis du développement. Ils ont l’opportunité de participer de façon active et volontaire à un projet de solidarité internationale en faveur d’autres jeunes. Finalement, cela permet de sensibiliser les jeunes européens et la société civile à l’importance de l’éducation pour tous comme moteur de développement.

Le slogan de l’affiche : « Où que tu sois, tu peux aider » résume parfaitement cette action. C’est très encourageant ! »

Comment cela se passe –t- il concrètement ?

« Les heures d’étude réalisées sont encodées journellement sur le site web de l’action ( www.olympiadesolidaire.com ). En effet, l’évolution des heures d’étude est mise à jour quotidiennement, ceci dans un souci de transparence tant vis à vis des étudiants que des sponsors soutenant l’action.

Aux Ecoles, nous avons un registre sur lequel chacune inscrit son heure d’arrivée et de départ, sachant qu’il nous faut travailler au moins une heure suivie pour que ce temps soit compté.

L’étude solidaire nous a donné l’occasion d’inviter des amies qui ne résident pas aux Ecoles, à étudier ici et ainsi renforcer notre action. Notre objectif : faire exploser notre chiffre d’heures d’études solidaires ! »