Récollection Février

Afin de bien entrer en Carême, qui commence le 17 février, prenons du temps seul à seul avec Jésus à travers cette récollection, pour l’accompagner dans le désert.

Opus Dei - Récollection Février

Récollection février

Déroulé de la récollection au format .pdf

Introduction

Le 17 février nous commençons, par le mercredi des Cendres, le temps du Carême qui nous prépare au plus grand évènement de la vie chrétienne : le mystère pascal (la passion, la mort et la résurrection du Seigneur). Afin de bien entrer en Carême, nous désirons prendre du temps seul à seul avec Jésus à travers cette récollection, pour l’accompagner dans le désert.

N’est-il pas vrai que l’esprit de pénitence et de mortification propre à ce temps, nous donne des ailes pour approfondir notre intimité avec le Christ ? Que les cendres que nous recevons nous aident à prendre conscience du peu de chose que nous sommes et en même temps que nous aspirons à la création nouvelle en Jésus-Christ ?

Méditation : Vivre la Sainte Messe

Lecture spirituelle (~ 15 minutes)
Au choix :

Choix 1 : Chapitre 3 « penser et gérer un monde ouvert », Fratelli tutti

format audio

Ou

Choix 2 :La conversion des enfants de Dieu, Quand le Christ passe

format audio

Ou

Choix 3 : L’Eucharistie, mystère de foi et d’amour, Quand le Christ passe

Examen de conscience

Acte de présence de Dieu

  • « Le temps est accompli et le Royaume de Dieu est tout proche : convertissez-vous et croyez à l’Evangile. » (Mc 1,15)

Est-ce que je demande à Dieu une nouvelle et profonde conversion durant ce Carême ? Est-ce que je crois que Dieu a préparé pour moi des grâces abondantes ; suis-je prêt(e) à les recevoir ? Est-ce que je mets les moyens (vie de prière intense ; mortifications concrètes, petites, fréquentes et régulières) pour préparer mon cœur à recevoir ces grâces ?

  • « Quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là, dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Mt 6, 17-18)

Est-ce que je fais de petits sacrifices qui passent inaperçus aux yeux des autres pour renoncer à mes préférences et rendre la vie agréable à mon entourage ? Est-ce que je m’efforce de sourire habituellement, en comprenant combien cette attitude est agréable pour ceux qui me sont proches ? Est-ce que je cherche à réparer par le jeûne et l’esprit de pénitence tant d’offenses faites à Dieu ?

  • « L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, ne se gonfle pas d’orgueil. » (1 Cor 13, 4-5)

Est-ce que je sais enlever de l’importance aux petites disputes et incompréhensions qui peuvent survenir dans mon foyer ? Est-ce que j’évite de m’énerver et de me disputer devant mes enfants ? Est-ce que je veux avoir le dernier mot dans les conversations ou est-ce que plutôt je cherche ce qui unit, construit et non ce qui divise ?

  • « Prenez, mangez, ceci est mon corps. (…) Buvez-en tous car ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, répandu pour la multitude en rémission des péchés. » (Mt 26, 26-28)

L’Eucharistie est le centre et le sommet de la vie chrétienne qui nous place au pied de la Croix et nous fait bénéficier des mérites du Christ.

Est-ce que je me prépare –ainsi que mes enfants– à la Messe du dimanche avec tout le soin extérieur et intérieur qu’elle mérite ? Est-ce que je valorise la Messe pour ce qu’elle est, et cherche à y participer en semaine autant que possible, en sachant parfois faire un petit sacrifice pour m’y rendre ?

  • « Qui mange ce pain vivra pour toujours. » (Jn 6, 58)

Est-ce que je me rends compte que la communion est un don immense ? Ne pourrai-je pas rendre grâces avec plus de délicatesse ? Lorsque ma lutte intérieure est plus difficile pour diverses raisons, est-ce que je m’appuie sur la communion pour puiser la force dont j’ai besoin ?

  • « Jésus fut conduit par l’Esprit à travers le désert où pendant quarante jours il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien ces jours-là» (Lc 4, 1-3)

Avant d’entamer son ministère public, le Seigneur est passé par un temps long de pénitence. Est-ce que, je comprends que mon apostolat ne portera des fruits que dans la mesure où je m’unis au Christ souffrant ? Est-ce que je comprends que je peux offrir les contrariétés et les choses qui me pèsent pour des intentions apostoliques (pour le Pape ; l’Eglise ; les conversions ; les vocations, etc.) ? Est-ce que je profite de toutes les occasions, et sais vaincre ma timidité, pour parler de la joie que me procure ma vie avec le Christ ?

ACTE DE CONTRITION : Mon Dieu, j’ai un très grand regret de t’avoir offensé parce que tu es infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché te déplaît. Je prends la ferme résolution, avec le secours de ta sainte grâce, de ne plus t’offenser et de faire pénitence.

Lecture de l'évangile

Évangile commenté : Le Seigneur n'exclut personne

Récitation du chapelet

"Le saint Rosaire est une arme puissante. Fais-en usage avec confiance et tu seras émerveillé des résultats." Chemin, n°558

Voici un guide pour la prière du Rosaire : eBook - comment réciter le chapelet
Vous pouvez le faire seul, ou avec les personnes qui vous accompagnent.

Mystère douloureux ou autre mystère

Prière du pape à Saint Joseph