Au fil de l'Évangile du jeudi : se laisser conquérir par Dieu

Commentaire du jeudi de la 3ème semaine de Carême. "Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler, et les foules furent dans l’admiration, mais d'autres le soupçonnèrent. Le Christ est tout puissant. Mais il ne peut rien faire si nous sommes ingrats, si nous ne reconnaissons pas notre indignité et ne lui demandons pas de venir. Nous devons nous laisser conquérir par Dieu sans condition.

Évangile (Luc 11, 14-23)

En ce temps-là, Jésus expulsait un démon qui rendait un homme muet. Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler, et les foules furent dans l’admiration. Mais certains d’entre eux dirent :
« C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. »
D’autres, pour le mettre à l’épreuve, cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit :
« Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges. En revanche, si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous. Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement, auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. »


Commentaire

Un homme est libéré d'un démon qui l'empêchait de parler. Les gens sont émerveillés et surpris.

Cependant, certains ne se réjouissent pas de la guérison, ils ne remercient pas Dieu. Au contraire, ils se méfient de l'action de Jésus-Christ. Ils sont tellement imbus d'eux-mêmes qu'ils pensent que le salut doit venir d'eux, de ce qu'ils décident et font. Orgueilleux, ils sont devenus muets et ne demandent plus, ne crient plus vers Dieu.

D'une certaine manière, cela nous arrive souvent. Nous parcourons le monde sans nous rendre compte de toutes les grâces que Dieu nous donne, que c'est Lui qui fait de nous des saints. Nous pensons que c'est nous, que nous ne lui devons pas tant que ça.

Nous finissons fièrement par ne pas être reconnaissants de tout l'amour que Dieu nous donne. Nous nous enfermons donc dans notre égoïsme, notre vanité et notre fierté. Et nous le laissons en dehors. Mais alors, tout en nous est déplacé. La famille, les amis, le travail, le repos. Tout est ennuyeux parce que rien n'est pas à sa place, parce que nous nous sommes mis au centre de notre vie.

Le Christ est la puissance qui peut tout. Mais il ne peut rien faire si nous sommes ingrats, si nous ne reconnaissons pas notre misère, si nous ne lui parlons pas, ne lui demandons pas, et même ne lui crions pas de venir.

Nous devons nous laisser conquérir par Dieu, pour que tout puisse prendre sa place, pour que nous puissions profiter de notre vie en vérité.

Luis Cruz // Photo: Pexels Tima Miroshnichenko