“Marie va à la recherche de son Fils qui s'est perdu”

Durant trois jours et trois nuits, Marie va à la recherche de son Fils qui s'est perdu. Ah! si nous pouvions dire, toi et moi, que notre volonté de trouver Jésus ne connaît pas non plus de repos. (Sillon, 794)

Grande est la douleur de sa Mère et celle de saint Joseph car, au retour de Jérusalem, Il ne se trouvait ni avec les siens, ni avec ses amis! Et quelle n'est pas leur joie quand ils L'aperçoivent tout au loin, instruisant les docteurs d'Israël! Mais voyez l'apparente dureté des propos qui sortent de la bouche du Fils, quand Il répond à sa Mère: pourquoi me cherchiez-vous ? (Lc 2, 49.).

N'était-il pas logique qu'ils Le cherchent ? Les cœurs qui savent ce que c'est que de perdre le Christ puis de Le retrouver sont à même de le comprendre... Et pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous que Je me dois aux affaires de mon Père ? (Lc 2, 49.) Ne saviez-vous pas que Je dois consacrer tout mon temps à mon Père du ciel ?

Voilà donc le fruit de notre prière d'aujourd'hui: nous convaincre que notre vie sur la terre est pour Dieu, en toutes circonstances et en toutes saisons, qu'elle est un trésor de gloire, un reflet divin; qu'elle est entre nos mains une richesse que nous devons administrer, avec sens des responsabilités face aux hommes et face à Dieu, sans qu'il nous faille pour autant changer d'état, au beau milieu de la rue, en sanctifiant notre profession ou notre métier, notre vie familiale, nos relations sociales, toute l'activité qui semble n'être que terrestre. (…) (Amis de Dieu, nos 53-54)