"Fréquente assidûment le Saint-Esprit"

Fréquente assidûment le Saint-Esprit, ce Grand Inconnu: c'est Lui qui doit te sanctifier. N'oublie pas que tu es temple de Dieu. — Le Paraclet est au centre de ton âme: écoute-le et suis docilement ses inspirations. (Chemin, 57)

La force et la puissance de Dieu illuminent la face de la terre. Le Saint-Esprit continue d'assister l'Eglise du Christ pour qu'elle soit, toujours et en tout, le signe dressé face aux nations qui annonce à l'humanité la bienveillance et l'amour de Dieu. Pour grandes que soient nos limitations, nous pouvons regarder le ciel avec confiance et nous sentir pleins de joie : Dieu nous aime et nous délivre de nos péchés. La présence et l'action du Saint-Esprit dans l'Eglise sont le gage et l'anticipation du bonheur éternel, de cette joie et de cette paix que Dieu nous offre. (…)

Mais notre foi en l'Esprit Saint doit être pleine et totale. Ce n'est pas une vague croyance en sa présence dans le monde, mais l'acceptation reconnaissante des signes et des réalités auxquels Il a voulu rattacher sa force de façon spéciale. Quand viendra l'Esprit de vérité, annonce Jésus, Il me glorifiera, car c'est de mon bien qu'Il prendra pour vous en faire part (Jean 16, 14). Le Saint-Esprit est l'Esprit envoyé par le Christ pour réaliser en nous la sanctification qu'Il a méritée pour nous sur la terre.

Sans foi en Jésus-Christ, en sa doctrine, en ses sacrements et en son Eglise, il ne peut y avoir de foi en l'Esprit Saint. C'est être incohérent avec la foi chrétienne et ne pas croire vraiment en l'Esprit Saint que de ne pas aimer l'Eglise, de n'avoir pas confiance en elle, de se complaire à ne mettre en lumière que les imperfections et les limitations de ceux qui la représentent, de la juger de l'extérieur, sans être capable de se considérer comme son fils. (Quand le Christ passe, n° 128-130)