“Soyez vraiment... comme des enfants !”

Je te conseille d'essayer de revenir parfois... aux débuts de ta "première conversion": il ne s'agit pas de redevenir enfant, mais cela y ressemble beaucoup. Dans la vie spirituelle, il faut se laisser mener avec une entière confiance, sans peur ni duplicité; il faut parler avec une clarté absolue de ce que l'on a dans sa tête et dans son âme. (Sillon, 145)

Soyez vraiment... comme des enfants. Plus vous le serez, mieux ce sera. C'est là l'expérience d'un prêtre qui a dû se relever bien souvent tout au long de ces trente-six années — qu'elles ont été courtes et longues à la fois ! — au cours desquelles il s'est mis à essayer toujours d'accomplir une Volonté précise de Dieu. Une chose m'a toujours aidé: l'idée que je continue d'être un enfant; c'est pourquoi je me blottis continuellement dans le giron de ma Mère et contre le Cœur du Christ, mon Seigneur.

Nos grandes chutes, celles qui ravagent profondément l'âme, et qui sont parfois presque irréparables, sont provoquées par notre orgueil, quand nous nous croyons adultes, autosuffisants. Dans ces cas-là nous sommes comme incapables de demander de l'aide à qui pourrait nous la fournir. Non seulement à Dieu mais à l'ami, au prêtre. Nous nous isolons alors, malheureux que nous sommes, en nous enfermant dans notre désarroi, dans notre égarement.(…)(Amis de Dieu, 147)