Message du prélat (19 juin 2020)

En la solennité du Sacré-Cœur de Jésus, Mgr Ocáriz nous invite à demander au Seigneur un cœur doux et humble, qui sera le refuge et le réconfort de nombreuses âmes.

Lettres pastorales et messages
Opus Dei - Message du prélat (19 juin 2020)

Mes très chers enfants, que Jésus vous garde !

Aujourd'hui, avec l'Église nous contemplons particulièrement le Sacré-Cœur de Jésus. C’est l'occasion de nous laisser surprendre à nouveau par cette merveille : Dieu a voulu s’approcher des hommes et des femmes au point de devenir l'un d'entre nous, avec un cœur semblable au nôtre en plusieurs sens. La considération de cette réalité ramène à mon esprit l'invitation consolante de notre Seigneur : « Apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes » (Mt 11, 29).

Au milieu de nos allées et venues quotidiennes, Jésus nous souhaite, une paix, une sérénité et un repos authentiques. Et il nous montre le chemin : s'identifier de plus en plus à lui, à l'humilité et à la douceur de son cœur. Comme l'écrit saint Josémaria : « Le Seigneur peut nous suggérer, et il le fait continuellement : exemplum dedi vobis (Jn 13,15), je vous ai donné un exemple d’humilité. Je me suis transformé en esclave, pour que vous sachiez, avec un cœur doux et humble, servir tous les hommes » (Amis de Dieu, n° 103).

Dans notre prière, demandons au Seigneur, de nous donner un cœur comme le sien. Il en résultera le « repos de notre âme » et de l’âme des personnes qui nous sont proches. Nous pouvons aussi être reconnaissants pour les nombreuses réalités de service que nous avons tous vues autour de nous ces derniers mois.

À l'occasion de la solennité que nous célébrons aujourd'hui, nous nous souviendrons peut-être plus souvent de cette oraison jaculatoire que répétait saint Josémaria : Cor Iesu sacratissimum et misericors, dona nobis pacem. Nous avons recours à sa miséricorde pour prier pour la paix dans les âmes, dans l'Église et dans le monde, et pour continuer à prier pour que cesse la pandémie, qui cause encore tant de souffrances. Et nous nous confions à la médiation maternelle de Sainte Marie, Mère de Miséricorde et Reine de la Paix.

Je vous bénis de tout cœur,

Votre Père

Rome, le 19 juin 2020