27 septembre: Paroles prononcées à l’issue de la Béatification

Paroles prononcées à l’issue de la Béatification de Mgr Álvaro del Portillo par Mgr Xavier Echevarria, Prélat de l’Opus Dei

Opus Dei - 27 septembre: Paroles prononcées à l’issue de la Béatification

Alors que s’achève cette célébration solennelle, je souhaite manifester ma reconnaissance la plus profonde à la Sainte Trinité pour le don qu’elle a fait, aujourd’hui, à toute l’Église. L’élévation sur les autels d’Alvaro del Portillo, successeur de saint Josémaria Escriva de Balaguer, nous rappelle une fois de plus le message de l’appel universel à la sainteté, proclamé avec force par le Concile Vatican II. La vie sur terre du bienheureux Alvaro nous montre que l’accomplissement fidèle de ses devoirs indique le chemin de la sanctification personnelle, la voie qui conduit à la pleine union à Dieu à laquelle tous nous aspirons.

Je rends grâce également à la Sainte Vierge : c’est par sa médiation maternelle que nous parviennent tous les dons du Ciel. Je prie la Mère de Dieu et notre Mère de continuer d’intercéder pour chacune et chacun de nous, pour que nous parcourrions jusqu’à la fin le chemin de notre sanctification. Nous l’invoquons de façon particulière pour toutes nos sœurs et tous nos frères qui, en divers lieux du monde, souffrent la persécution et même le martyre à cause de la foi.

Ma gratitude va également au Saint-Père François pour son message paternel, sa proximité et les conseils si clairs qu’il donne pour orienter la lutte spirituelle des chrétiens. Je m’adresse avec profonde gratitude au cardinal Angelo Amato, préfet de la congrégation des Causes des Saints qui, au nom du Pape, a procédé avec tant de dignité et d’affection à cette béatification. Je demande à chacun de manifester cette reconnaissance par une prière quotidienne, constante et persévérante pour la personne et les intentions du Souverain Pontife, pour les évêques et pour les prêtres. Ayons également présente à l’esprit la prochaine assemblée du synode des évêques. Demandons à l’Esprit Saint d’éclairer les Pères synodaux dans leur réflexion pour le bien de l’Église et des âmes.

Je me dois de manifester d’une manière particulière ma reconnaissance envers Benoît XVI, qui a ouvert le chemin de cette béatification par la reconnaissance des vertus héroïques de don Alvaro. Ma reconnaissance va également au cardinal Antonio Maria Rouco, archevêque de Madrid, qui a suivi avec un si grand intérêt l’iter de la cause de béatification durant ces années. Je remercie enfin tous les cardinaux, évêques et prêtres présents aujourd’hui. La béatification d’Alvaro del Portillo revêt un sens particulier pour nous tous : la fidélité avec laquelle il a servi l’Église, durant plusieurs années. Je n’oublie pas non plus que c’est un des collaborateurs du pape à la Curie Romaine qui, après avoir activement participé au concile Vatican II, vient d’être déclaré bienheureux.

J’imagine la joie – une partie de la gloire accidentelle – que doivent éprouver au Ciel les saints papes Jean XXIII et Jean Paul II, tout comme le prochain bienheureux Paul VI : don Alvaro les a servis avec une fidélité entière et une affection filiale. Et je me réjouis tout particulièrement en pensant à la joie de saint Josémaria Escriva de Balaguer : il voit que ce fils qui lui a été très fidèle a été proposé comme exemple et intercesseur à tous les catholiques.

Je n’arriverai jamais à exprimer ma gratitude à ceux qui ont consacré des heures et des heures de travail joyeux à la préparation de cette célébration. Ma reconnaissance va en particulier aux professionnels des moyens de communication, qui ont permis à beaucoup de personnes dans le monde de suivre cette cérémonie.

Un merci très chaleureux aux membres du chœur et de l’orchestre qui nous ont aidés à vivre en profondeur la sainte liturgie, et à tous ceux qui ont participé à cette cérémonie : par vos réponses et vos chants vous avez entonné une magnifique symphonie qui s’est élevée vers le Ciel.

Merci également à tous ceux qui ont préparé par leur prière et leur sacrifice les abondants fruits spirituels de ces journées. Je pense notamment aux malades et à ceux qui, pour toutes sortes de raisons, n’ont pu être physiquement parmi nous. Malgré cela, ils ont été spirituellement bien unis à nous par l’offrande de leur maladie ou de leurs occupations. À tous, merci ! Que l’exemple et l’intercession du nouveau bienheureux nous stimulent à suivre sans nous lasser, remplis de joie chrétienne, le chemin de la sainteté.