Mai : le mois de Marie

Jean‑Paul II a rappelé lors du Regina Cœli du 28 avril que « le prochain mercredi débute le mois de mai, consacré à Marie. La piété populaire a vu dans ce mois une merveilleuse occasion de multiplier les initiatives de piété mariale (…). Nous récitons, si cela est possible chaque jour, le "saint rosaire" ; une prière simple, mais profonde et très efficace ». Nous présentons quelques passages de l'homélie « Vers Jésus, par Marie » prononcée par le bienheureux Josémaria en mai 1957.

Ce moment de conversation devant le Seigneur, où nous avons médité sur la dévotion et l'affection envers sa Mère, qui est aussi la nôtre,nous pouvons le conclure en ravivant notre foi. Le mois de mai vient de commencer. Le Seigneur désire que nous ne manquions pas cette occasion de croître en son Amour grâce à cette intimité avec sa Mère. Sachons avoir chaque jour à son égard des attentions d'enfants — petites choses, manifestations de délicatesse — qui deviendront de grandes réalités, en fait, de sainteté personnelle et d'apostolat, c'est-à-dire le désir ardent de contribuer sans relâche au salut que le Christ est venu apporter au monde.

Quand le Chrtist passe, 149, 5

C'est parce que Marie est Mère que notre dévotion à son égard nous apprend à être enfants, à aimer pour de bon, sans mesure ; à être simples, sans les complications nées de l'égoïsme, parce que nous ne pensons qu'à nous-mêmes ; à être joyeux, en sachant que rien ne peut détruire notre espérance. Le commencement de ce chemin menant jusqu'à la folie de l'amour de Dieu est un amour confiant envers la Très Sainte Vierge Marie. C'est ce que j'ai écrit, il y a déjà bien longtemps, dans le prologue à des commentaires du saint rosaire. Depuis lors, j'ai pu m'assurer bien souvent de cette vérité. Je ne vais pas faire ici de grands raisonnements pour commenter cette idée ; je vous inviterai plutôt à en faire l'expérience, à la découvrir vous-mêmes en recherchant avec amour la compagnie de Marie, en lui ouvrant vos cœurs, en lui confiant vos joies et vos peines, en lui demandant de vous aider à connaître et à suivre Jésus.

Quand le Christ passe, 143

Dans nos relations avec notre Mère du Ciel, se retrouvent aussi ces gestes de piété filiale qui expriment notre attitude habituelle envers elle. Bien des chrétiens adoptent l'ancienne coutume du scapulaire, ou bien ils ont pris l'habitude de saluer — point n'est besoin de mots, une pensée suffit — les images de Marie qui se trouvent dans tout foyer chrétien ou qui ornent les rues de bien des villes ; ou encore ils récitent la merveilleuse prière qu'est le rosaire, où l'âme ne se lasse point de redire toujours les mêmes choses, pas plus que ne s'en lassent les amoureux quand ils s'aiment, où elle apprend à revivre les moments dominants de la vie du Seigneur ; ou bien, enfin, ils s'habituent à consacrer à Notre Dame un jour de la semaine, justement celui où nous sommes réunis, le samedi, en lui offrant une petite attention et en méditant plus particulièrement sur sa maternité.

Quand le Christ passe, 142, 6