“La Messe est une action divine”

N'est-il pas étrange que tant de chrétiens, si lents, voire solennels dans leur vie de société (ils ne sont pas pressés) ou dans leur vie professionnelle si peu active ou bien à table et quand ils se reposent (ils ne sont pas pressés non plus), se sentent pressés et pressent le prêtre à écourter, à abréger le temps réservé au Saint Sacrifice de l'Autel? (Chemin, 530)

La Messe — j'insiste — est une action divine, trinitaire, pas humaine. Le prêtre qui célèbre sert le dessein du Seigneur, en Lui prêtant sa voix et son corps; il n'agit pas à titre personnel, mais in persona et in nomine Christi, en la personne et au nom du Christ.

L'amour de la Trinité pour les hommes fait que, de la présence du Christ dans l'Eucharistie, naissent pour l'Eglise et pour l'humanité toutes les grâces. C'est le sacrifice qu'avait prophétisé Malachie: De l'Orient au couchant mon Nom est grand parmi les nations, et en tout lieu un sacrifice d'encens est présenté à mon Nom ainsi qu'une offrande pure. C'est le sacrifice du Christ offert au Père avec la coopération du Saint-Esprit: oblation d'une valeur infinie, qui éternise en nous la Rédemption, ce que ne pouvaient faire les sacrifices de l'Ancienne Loi. (…) (Quand le Christ passe, 86)