Une aide au pèlerin

Saint Josémaria a gagné le jubilé à Saint-Jacques-de-Compostelle en juillet de l’année sainte 1938. Il en avait exprimé le vif désir dans une lettre qu’il écrivit alors: "Je voudrais que ce jubilé jacquaire purifie et embrase mon âme". Le fondateur de l’Opus Dei s’est souvent recueilli sur le tombeau de l’Apôtre. Ce fut en 1961 qu’il le fit pour la dernière fois.

Des pèlerins ont dit combien le livre « Chemin » qu’ils connaissaient déjà, les avait aidés.

L’exposition voulait aider les pèlerins à saisir le sens spirituel profond du Chemin de Saint-Jacques grâce au message de l’appel universel à la sainteté qui passe à travers la vie et l’enseignement de saint Josémaria.

Des saints parmi les pèlerins et des pèlerins en Chemin avec les saints qui l’ont déjà parcouru.

Saint Josémaria a gagné le jubilé à Saint-Jacques-de-Compostelle en juillet de l’année sainte 1938. Il en avait exprimé le vif désir dans une lettre qu’il écrivit alors : “Je voudrais que ce jubilé jacquaire purifie et embrase mon âme”. Le fondateur de l’Opus Dei s’est souvent recueilli sur le tombeau de l’Apôtre. Ce fut en 1961 qu’il le fit pour la dernière fois.

« Une vie, un message et un héritage ». L’exposition sur saint Josémaria s’est tenue cet été à Palas de Rei, une localité sur le Chemin de Saint-Jacques. Presque 2000 pèlerins de près de 30 pays et de presque toutes les provinces d’Espagne l’ont visitée.

Les pèlerins, en solitaire ou entourés de leur famille, de leurs amis, ou en groupe arrivaient à pied, à cheval, à vélo. Ils voulaient remercier l’Apôtre pour des faveurs reçues, méditer, chercher un sens à leur vie. Ils tenaient à parcourir ce Chemin parce que c’était une année jubilaire ou pour des motifs culturels, sportifs, etc. Quelques habitants de Palas de Rei ont aussi visité l’exposition. Le maire de la localité a assisté à son inauguration.

L’exposition voulait aider les pèlerins à saisir le sens spirituel profond qu’a le Chemin de Saint-Jacques grâce au message de l’appel universel à la sainteté qui passe à travers la vie et l’enseignement de saint Josémaria. On leur expliquait aussi la façon de gagner les grâces du jubilé

Beaucoup de visiteurs ont vu la vidéo "Vivre l’Opus Dei". Un Russe, de Sibérie, qui faisait un reportage sur le Chemin de Saint-Jacques, a avoué que lorsqu’il marchait, il avait médité toutes ces idées de Saint Josémaria.

Un pèlerin kenyan, étudiant à Strathmore College, exprima sa reconnaissance pour le travail que cette université fait chez lui. Des pèlerins ont dit combien le livre « Chemin » qu’ils connaissaient déjà, les avait aidés. D’autres se le sont procuré sur place. Les cartes avec les adresses web de l’Opus Dei ont été appréciées par les personnes qui tenaient à avoir des informations dans leur langue.

Des centaines de pèlerins couchaient leurs impressions sur le livre de l’exposition. Un jeune de Madrid y écrivit : « Je fais le Chemin de Saint-Jacques pour y souffrir, avoir très chaud, partager le Chemin avec mes amis et surtout pour rencontrer Dieu. Je souffrirai en 'Chemin' mais je dépasserai toute adversité. Je fais ma pénitence. J’encourage tout le monde ». Une jeune andalouse : « C’est une joie sur ce Chemin que de trouver l’Œuvre et saint Josémaria. Merci de retrouver Dieu grâce à l’Opus Dei”.

Quelqu’un du pays Basque voyait l’exposition “comme un souffle d’air frais dans la fatigue du chemin qui vous aide à reprendre courage pour le terminer de façon plus surnaturelle”.

En l’année jubilaire 2004, on avait inauguré, à l’entrée de Saint-Jacques, sur le Chemin français, un haut-relief de saint Josémaria, sculpté sur le monument Porta Itineris qui honore aussi d’autres pèlerins illustres.