L’homme et la femme: égaux ?

Le samedi 14 mars 2020, trois jours avant du début des mesures pour lutter contre l’épidémie du coronavirus, le sujet de l'égalité entre l'homme et la femme a réuni de nombreuses personnes dans la salle de conférences du Centre Rigel.

L'Opus Dei au Cameroun

Le sujet a été analysé par Mr François Ossama, écrivain et éducateur, promoteur de nombreuses activités d’accompagnement de couples et par Mme Alicia Vega, médecin, Directrice du Centre Val d’Or.

Partant des textes bibliques, les panélistes ont expliqué la radicale égalité entre l’homme et la femme telle que voulue par le Créateur: tous deux sont image de Dieu à égal titre. On a retenu, par exemple, que l’homme, ayant été endormi par Dieu au moment de la création d’Eve, ne peut de ce fait réclamer aucune ascendance sur la femme. Par ailleurs, le fait que cette dernière ait été tirée de la côte de l’homme ne manifeste pas une condition secondaire pour la femme, mais plutôt l’appartenance de l’homme et la femme à une même nature humaine. Dans le verset « Il n'est pas bon que l'homme soit seul; faisons-lui une aide semblable à lui » (Gn 2, 18) le mot « aide » exprime, non pas une subordination de l’un à l’autre, mais plutôt un besoin, la nécessité de tout être humain d’aimer et d’être aimé par quelqu’un d’autre que soi-même.

La 2e partie de la conférence a développé la notion de complémentarité des deux sexes. Tout en ayant une égale dignité, l’homme et la femme ont des caractéristiques différentes sur les plans physique et psychologique notamment. Ces différences sont au service de la complémentarité. C’est pourquoi les mouvements féministes qui ignorent ces particularités et veulent faire de la femme un «autre homme»en rejetant les spécificités féminines telles que la maternité et la capacité du soin de l’autre, vont à l’encontre du bien de la personne humaine.

L’idée de service a été l’une des idées fortes à retenir à l’issue de cette journée de réflexion: de même que la femme est appelée à enrichir la vie professionnelle, sociale et politique avec ses valeurs féminines, l’apport masculin au foyer et dans l’éducation des enfants s’avère de plus en plus important. Apprendre aux enfants à servir au sein de la famille fera d’eux de bons travailleurs au service des autres dans la vie professionnelle et des parents dévoués. Sur ce point, et à la suite d’une question, la modératrice de la conférence, Laure Nutsogwe a raconté son expérience d’épouse et mère de 5 enfants. L’assistance a spontanément applaudi en écoutant le récit de la coopération des enfants et du papa à la réalisation des tâches ménagères : Nous formons tous une équipe, a-t-elle souligné.

Le débat s’est enrichi de nombreuses autres questions et commentaires qui se sont poursuivis lors de la collation qui a clôturé cette journée de réflexion.