Lettre n°6 sur les traits caractéristiques de l’appel à l’Opus Dei

Nous publions en format numérique la lettre numéro 6 du volume Lettres II, dans laquelle saint Josémaria parle de divers aspects de la vocation et de la mission de l'Œuvre, notamment de la sécularité.

Carta de san Josemaría sobre algunos rasgos del espíritu del Opus Dei

Télécharger :

ePub ► “Lettre n°6, Traits caractéristiques de l'appel à l'Opus Dei

mobi ► “Lettre n°6, Traits caractéristiques de l'appel à l'Opus Dei

PDF ► “Lettre n°6, Traits caractéristiques de l'appel à l'Opus Dei” (format A4)

PDF ► “Lettre n°6, Traits caractéristiques de l'appel à l'Opus Dei” (format A5)

Google Play Book ► “Lettre n°6, Traits caractéristiques de l'appel à l'Opus Dei

Ce livre électronique contient une lettre de saint Josémaria sur divers aspects de la vocation et de la mission de l'Œuvre, en particulier sur la sécularité. Elle est datée du 11 mars 1940. Son intention est de montrer la spécificité de l'esprit qu'il prêche, son enracinement dans l'Évangile et sa similitude avec la vie des premiers chrétiens, et clarifier ensuite, comme une conséquence, ses différences avec d'autres vocations et chemins de l'Église. Il souligne surtout la sécularité de l’appel à l'Opus Dei et d'autres caractéristiques qui sont en partie communes à toutes les formes chrétiennes de vocation et en partie propres à l'Opus Dei, en raison de la manière particulière dont elles sont vécues dans l'Œuvre qu'il a fondée.

Elle est publiée, en espagnol, au n° 6 du livre Lettres II, édité par Ediciones Rialp en 2021. Saint Josémaria n'a pas donné de titre à ces lettres ; le titre qu'elles portent dans cette édition est celui que leur ont donné les éditeurs de l'édition critique.

Ce document fait partie d'un genre littéraire propre à saint Josémaria. Il ne s'agit pas d'un traité : son style est plus proche d'une conversation familiale que le fondateur a eue avec les membres de l'Opus Dei au cours des siècles. Le ton est semblable à celui qu'il employait dans ses réunions avec les membres de l'Œuvre, où il leur transmettait oralement l'esprit, l'histoire et les traditions de l'Œuvre.

Idées principales de cette Lettre

Elle aborde divers aspects de l'esprit de l'Opus Dei, que le fondateur nous exhorte à bien vivre, et qu'il veut présenter dans sa simplicité authentique. D'où les mots Sincerus est, qu'il a voulu utiliser comme incipit latin.

Comme dans plusieurs de ses Lettres, saint Josémaria passe d'un sujet à l'autre, sans suivre un schéma rigide et en revenant de temps en temps sur un sujet déjà traité, dans un "désordre apparent ", comme il l'explique dans une autre lettre de ce volume.

On décèle cependant un fil conducteur. Son intention est de montrer la spécificité de l'esprit qu'il prêche, son enracinement dans l'Évangile et sa similitude avec la vie des premiers chrétiens, afin de clarifier, par conséquent, ses différences avec d'autres vocations et chemins dans l'Église. Il souligne surtout la sécularité de l’appel dans l'Opus Dei et d'autres caractéristiques qui sont en partie communes à toutes les formes chrétiennes de vocation, et en partie propres à l'Opus Dei, en raison de la manière particulière dont elles sont vécues dans l'Œuvre qu'il a fondée.

Par exemple, si la conscience de la filiation divine est essentielle pour tous les chrétiens, saint Josémaria la met encore plus en évidence, et souligne qu’elle est le fondement de la vie spirituelle dans l'Opus Dei (2a). On peut également dire que la mission de l'Œuvre est la même que celle de l'Église, car elle cherche à restaurer le monde dans le Christ (2c), en éclairant les hommes de la lumière de Dieu (3b-3d), mais, dans le cas de l'Opus Dei, cette mission se concentre de manière particulière sur les métiers séculiers (9a-9b). Le membre de l'Opus Dei n'est pas différent des autres chrétiens ordinaires (9a-10c), et il est désireux de placer le Christ au sommet des activités humaines (12a-12c), en accordant une attention particulière au travail, qui devient un moyen de sanctification (13a-13d), et en pratiquant un apostolat de personne à personne, dans un climat d'amitié et de compréhension (14a-14b, 54a-55c, 64a-69b, 70a-72b).

Tout cela est soutenu par une vie contemplative qui conduit à " l'unité de vie " (14c-16b) - à la cohérence - et imprégné d'un esprit de liberté caractéristique (37c).

À plusieurs reprises, saint Josémaria parle des contradictions et des difficultés que l'Opus Dei a rencontrées sur son chemin, de la part de ceux qui n'ont pas compris ce qui semble être, pour le fondateur, un esprit simple et clair (17c-20d, 43a-45b). Il rejette surtout l'accusation de secret (56a-60b).

La ligne de fond de son exposé est l'horizon de l'identification au Christ (11a-11d) et l'appel à porter l'Évangile à toute l'humanité. Pour lui, cette tâche d'évangélisation s'accomplit au moyen d'une amitié pleine de compréhension, favorisant l'unité avec tous et la tolérance souple avec les personnes (54a-55c, 64a-69b, 70a-71c). Tout cela, guidé par le bon exemple (51a-53c) et complété par un développement de la doctrine chrétienne le plus adapté possible à la mentalité des auditeurs (47a-48c).

Saint Josémaria mentionne d’autres vertus ou traits caractéristique comme étant particulièrement chères à l'Opus Dei : l'humilité (4a-4c), l'unité dans ce qui est fondamental et la diversité dans ce qui est du domaine de l’opinion (27a-27d), la pauvreté (28a-28b), la joie et la gratitude envers Dieu (29a-29c) et la sincérité (61a-61c). L’auteur fait également plusieurs références au besoin de trouver une adéquation entre l'esprit qu'il expose et une formule juridique qui reflète adéquatement son idiosyncrasie (73a-75c).