Fioretti septembre 2019

tiédeur, hiver démographique, mise à l'écart des anciens... le Pape nous pousse à réagir en chrétiens.​​

Fioretti du pape François
Opus Dei - Fioretti septembre 2019

Quand nous entrons dans la tiédeur spirituelle, nous faisons de notre vie un cimetière

À Sainte Marthe le 26 septembre 2019 : « Quand nous entrons dans cette tiédeur, dans cette attitude de tiédeur spirituelle, nous transformons notre vie en cimetière : il n’y a pas de vie. Il y a seulement de la fermeture pour que les problèmes n’entrent pas, comme ces gens qui disent : “oui, oui, nous sommes en ruines, mais ne prenons pas de risque : c’est mieux, nous sommes déjà habitués à vivre ainsi”. Demandons au Seigneur la grâce de ne pas tomber dans cet esprit de “chrétiens à moitié” ou… “chrétiens à l’eau de rose”, sans substance. Des chrétiens bons, qui travaillent beaucoup – “Vous avez semé beaucoup, mais récolté peu”. Des vignes qui promettaient beaucoup, et à la fin n’ont rien donné. Que le Seigneur nous aide à nous réveiller de l’esprit de tiédeur, à lutter contre cette anesthésie suave de la vie spirituelle et à prendre à bras-le-corps les petites choses qui ne vont pas, que le Seigneur veut que nous changions »

Non à la culture du déchet !

À Sainte Marthe, le 30 septembre 2019 :

«Quand un pays vieillit et que tu ne vois pas les poussettes des enfants dans les rues, tu ne vois pas les femmes enceintes… Quand tu lis que dans ce pays il y a plus de retraités que de travailleurs, c’est tragique ! Et de nombreux pays commencent aujourd’hui à vivre cet hiver démographique. De plus, quand on cache les vieux, on perd, disons-le sans honte, la tradition, la tradition qui n’est pas un musée de vieilles choses, qui est la garantie du futur, qui est le suc des racines qui fait grandir l’arbre et donner des fleurs et des fruits. C’est une société stérile pour les deux parties, et comme cela ça finit mal

La jeunesse ne peut pas s’acheter. Aujourd’hui de nombreuses entreprises prétendent l’offrir sous forme de maquillage ou de chirurgie esthétique et de lifting, mais tout ceci finit souvent dans le ridicule. Quel est le message de Dieu ? C’est la culture de l’espérance, qui est précisément représentée par les vieux et les jeunes, qui sont l’assurance de la survie d’un pays, d’une patrie, de l’Église. Non à la culture du déchet ! »

Ne pas oublier sa maman et sa grand-mère

À Sainte Marthe, le 20 septembre 2019 :

«Dans sa deuxième Lettre, Paul commence en disant à Timothée de ne pas oublier sa maman et sa grand-mère, c’est-à-dire de ne pas oublier d’où il est venu, d’où le Seigneur l’a appelé. N’oublie pas ton peuple, n’oublie pas tes racines ! Et maintenant, comme évêque et comme prêtre, il faut toujours être proche du peuple de Dieu. Quand un évêque se détache du peuple de Dieu, il finit dans une atmosphère d’idéologies qui n’ont rien à voir avec le ministère : ce n’est pas un ministre, ce n’est pas un serviteur. Il a oublié le don gratuit qui lui a été donné. […]

Est-ce que vous priez pour vos prêtres, pour le curé, pour le vicaire, ou est-ce que vous vous contentez de le critiquer ? Il faut toujours prier pour les prêtres et pour les évêques, pour que nous tous –le pape est un évêque– nous sachions prendre soin de ce don avec cette proximité.»