Crotona Center, EEUU

Programmes d’éducation scolaire et personnelle dans le quartier du Bronx, à New-York

Initiatives sociales

Le Bronx est un quartier bien connu de New-York à cause de ses problèmes sociaux. Si l’on s’en tenait aux stéréotypes, il faudrait croire que le slogan « drogue, crime et pauvreté » est la seule réalité du Bronx. Or, Dieu merci, la vie est bien plus riche : il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en apercevoir. Tous les ans, 200 garçons du Bronx s’inscrive à Crotona et profitent des programmes d’éducation qui les aident au travail et leur apprennent à penser aux autres. Les valeurs, la générosité, la camaraderie qu’ils y trouvent, auront par la suite une répercussion sociale qui leur revient.

John Deida ne cache pas que son quartier connaisse ces problèmes mais il pense que la racine des maux du Bronx est d’un autre ressort. À son avis, le plus grand obstacle pour que les jeunes du Bronx sortent de leur marginalité c’est, à son avis, la « pauvreté culturelle » : beaucoup de jeunes, dit John, ne sont même pas encouragés à s’en sortir, ils fuient l’effort, ne cherchent que la commodité, le chemin facile. John a participé aux programmes de Crotona Achievement Center dont il a été élève il y a quelques années, lorsqu’il était adolescent. Puis il a donné un coup de main volontaire lorsqu’il faisait ses études de linguistique à l’université.

« Lorsque j’étais bénévole à Crotona, dit-il, je faisais lire aux jeunes, à voix haute, des articles de The Economist ou du Wall Street Journal et nous parlions de tous ces sujets d’intérêt national ou international.» Il s’agissait de les aider à s’y intéresser et à bien comprendre, à en discuter en soignant le vocabulaire et la prononciation. Mais, ajoute Dave Hoszweiss, promoteur de Crotona et directeur de la fondation dont dépend le centre, la South Bronx Educational Foundation, c’était aussi une façon de les impliquer dans des affaires qui nous touchent tous et de leur présenter le visage aimable d’attitudes morales positives, la maîtrise de soi ou l’esprit de service.

Bien implantée dans la vie du quartier, cette initiative revient à des fidèles et des amis de l’Opus Dei qui ont voulu s’investir dans des projets concrets pour dépasser les bonnes intentions d’améliorer la société. Les enseignements de l’Église sur la responsabilité sociale des citoyens et l’esprit de l’Opus Dei guident les promoteurs de Crotona à mener leur tâche. Crotona Center est dans un local du n° 843 de Crotona Park North. Il y a quelques années, l’entreprise UPS fit un don généreux qui permit de restaurer un local délabré.

Des jeunes de 10 à 18 ans qui s’inscrivent à Crotona ont pris au sérieux leur formation scolaire et humaine. « Nous ne sommes pas ici que pour donner des conseils d’orientation aux jeunes ni pour organiser des loisirs fantastiques. Notre objectif est de les aider à enrichir leur personnalité, à leur apprendre la maîtrise de soi, à les encourager à faire quelque chose de grand » dit Eddie Llull, coordonnateur des activités de Crotona.

« À un moment donné, avoue Kevin, élève de Crotona, ce que je cherchais chez mes camarades c’était un contact mais non pas leur amitié. Cela ne m’intéressait même pas. Je savais que si je faisais des bêtises en classe, on allait bien rire et j’en faisais pour me sentir intégré. C’est à Crotona où j’ai eu l’expérience de l’amitié, relation fondée sur la vérité, l’amour et le respect de la liberté de l’autre. Comment est-ce que je vis tout cela ? Eh bien, désormais je tâche d’accepter mes amis tels qu’ils sont et non pas comme je voudrais qu’ils soient. C’est curieux, plus je les connais, plus j’apprécie leurs bons côtés. »

Souvent les jeunes n’ont d’autre point de repère que leurs moniteurs. Il se fait fréquemment que ces moniteurs représentent pour eux la figure paternelle : les contextes familiaux problématiques sont le quotidien de ce quartier. Les moniteurs s’efforcent, en tous les cas, de donner une vision positive de la famille. « Tu n’es pas seul, leur disent-ils, tu fais partie d’un groupe d’amis et d’une famille. Tu dois envisager ce que tu fais en pensant aux autres, conscient que tu n’es pas tout seul, que tout ce que tu fais à une incidence chez les autres. »

Les jeunes arrivent à Crotona vers 16h et se mettent tout de suite au travail : ils font leur travail scolaire et comptent sur l’aide des moniteurs. Puis ils se retrouvent ensemble dans l’ambiance chaleureuse et confortable de la salle de séjour : c’est une occasion formidable de leur apprendre à s’écouter et à partager leurs idées et leurs projets avec les autres.

À Crotona, ces activités quotidiennes en période scolaire se prolongent les samedis et en été. Les projets sont toujours variés : des échanges avec des professionnels prestigieux, des visites aux entreprises, aux laboratoires, etc. Les élèves de Crotona viennent de faire, il n’y a pas très longtemps, une exposition de peinture sous la direction d’un étudiant des Beaux-Arts.

« Il y en a qui sont sceptiques, dit Hozweiss, et qui pensent que nous sommes trop exigeants avec ces jeunes. Comment veux-tu, disent-ils, qu’un gosse de dix ans puisse se plonger dans des articles spécialisés ? » Ils ne nous croient pas. Mais le Seigneur aurait pu dire lui aussi : « Ces gens ne comprennent rien, je vais me limiter et ne leur dire peu de choses. » Cependant il n’a pas agit, il nous a révélé toute la vérité. »

Pour plus d’information : www.sbef.org