“Rappelez-vous que la Providence de Dieu nous conduit sans cesse”

Tant qu'il y a lutte, lutte ascétique, il y a vie intérieure. C'est cela que nous demande le Seigneur: la volonté de vouloir L'aimer par des œuvres, dans les petites choses de chaque jour. Si tu as été vainqueur dans les petites choses, tu vaincras dans les grandes. (Chemin de Croix, 3ème station, 2)

Je me dois de vous mettre en garde contre une embûche que Satan ne dédaigne pas d'utiliser — il ne prend pas de vacances, lui ! — pour nous arracher la paix. Parfois, peut-être, le doute s'insinue-t-il, et la tentation de penser que l'on recule lamentablement ou que l'on n'avance guère; nous pouvons même être de plus en plus convaincus que, malgré toute notre obstination à nous améliorer, nous empirons. Je vous assure que, d'ordinaire, ce jugement pessimiste ne reflète qu'une illusion trompeuse, qu'il convient de rejeter. (…) Rappelez-vous que la Providence de Dieu nous conduit sans cesse et qu'elle ne lésine pas sur son secours — par des miracles prodigieux et par des miracles de moindre envergure — pour mener ses enfants de l'avant.

Militia est vita hominis super terram, et sicut dies mercenarii, dies eius, la vie de l'homme sur la terre est une vie de milice, et les jours de l'homme s'écoulent sous le fardeau du travail. Personne n'échappe à cette exigence, pas même les poltrons qui refusent l'idée de se sentir concernés: ils désertent les rangs du Christ et se démènent dans d'autres luttes pour satisfaire leur paresse, leur vanité, leurs ambitions mesquines; ils vivent dans l'esclavage de leurs caprices. (…)

Chaque matin renouvelez sans réserve par un serviam ! — je te servirai, Seigneur ! — votre résolution de ne pas transiger, de ne point céder à la paresse ou à la négligence, d'affronter vos tâches avec davantage d'espérance et d'optimisme, persuadés que, s'il vous arrive d'être vaincus dans une escarmouche, vous pourrez sortir du creux de la vague par un acte d'amour sincère. (Amis de Dieu, 217)