Notre Mère, Sainte Marie

Mère ! — Appelle-la fort, très fort. — Elle t'écoute, elle te voit en danger peut-être, et elle t'offre, ta Mère la Vierge Marie, avec la grâce de son Fils le refuge de ses bras, la douceur de ses caresses ; et tu te sentiras réconforté pour le nouveau combat. (Chemin, 516)

Notre Mère est montée aux Cieux avec son corps et son âme. Redis-lui que, comme des enfants, nous ne voulons pas nous séparer d'Elle... Et Elle t'écoutera !

Sillon, 898

Dis-lui : « Mère — elle est ta mère parce que tu es à Elle à plus d'un titre — que votre amour m'attache à la Croix de votre Fils ; qu'il ne me manque ni la foi, ni le courage, ni l'audace, pour accomplir la volonté de notre Jésus. »

Chemin, 497

Tu n'es pas seul. — Supporte avec joie la tribulation. — Pauvre enfant, tu ne sens pas dans ta main la main de ta Mère, c'est vrai. — Mais... as-tu vu —les mères d'ici-bas, bras tendus, suivre leurs petits quand ils s'aventurent tout tremblants à faire leurs premiers pas —sans l'aide de quiconque? — Tu n'es pas seul : Marie est près de toi.

Chemin, 900

Laisse-moi te donner ce conseil, pour que tu le mettes en pratique chaque jour. Quand tu sentiras de plus basses tendances en ton cœur, dis lentement cette prière à la Vierge Immaculée : Regarde-moi avec compassion, ne m'abandonne pas, ô ma Mère ! — Et donne ce conseil à d'autres.

Sillon, 849

Cherche Dieu au fond de ton cœur — limpide, pur —, au fond de ton âme quand tu lui es fidèle, et ne perds jamais cette intimité !

— Et s'il t'arrive de ne pas savoir comment Lui parler, ni quoi Lui dire, ou si tu n'oses pas chercher Jésus en toi-même, aie recours à Marie, « tota pulchra » (toute pure et si belle). Confie-toi à elle : Notre-Dame, notre Mère, le Seigneur a voulu que ce fût vous qui ayez soin de Dieu, de vos propres mains— apprenez-moi — apprenez-nous à nous tous — à vivre dans l'intimité de votre Fils !

Forge, 84