Saint JosémariaTextes du jour

La Croix du Christ

Nous vous présentons quelques considérations de saint Josémaria sur la Croix du Christ à l'approche de la Semaine Sainte.

Sacrifice ! Sacrifice ! — Il est vrai que suivre Jésus-Christ (et c'est Lui-même qui l'a dit) veut dire porter sa Croix. Mais je n'aime pas entendre les âmes qui se sont éprises de Notre Seigneur parler à ce point de croix et de renoncements : lorsqu'il y a l'Amour, le sacrifice est joyeux, même s'il en coûte, et la croix, c'est la Sainte Croix.

— L'âme qui sait aimer et se donner ainsi, se remplit de joie et de paix. Alors à quoi bon insister sur le « sacrifice », comme pour y chercher une consolation, puisque la Croix du Christ — qui est ta vie — te rend heureux ?

Sillon, 249

La pleine acceptation de la Volonté de Dieu apporte nécessairement la joie et la paix : le bonheur sur la Croix. — On voit alors que le joug du Christ est doux et que son fardeau est léger.

Chemin, 758

La Croix sur ta poitrine ?… Oui. Mais aussi… la Croix sur tes épaules, la Croix dans ta chair, la Croix dans ton intelligence. — Alors tu vivras pour le Christ, avec le Christ et dans le Christ. C'est à ce prix seulement que tu seras apôtre.

Chemin, 929

À ne pas oublier : il faut qu'il y ait dans toutes les activités humaines, des hommes et des femmes qui, dans leur vie et dans leurs œuvres, portent la Croix du Christ, dressée haute, visible, réparatrice ; symbole de la paix, de la joie ; symbole de la Rédemption, de l'unité du genre humain, et de l'amour dont Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit, la Trinité Bienheureuse a aimé et aime toujours l'humanité !

Sillon, 985

Lorsqu'on passe par où passe le Christ, lorsqu'on n'en est plus à la résignation, mais que l'âme est pleinement d'accord avec la Croix — lorsqu'elle prend la forme de la Croix — ; lorsqu'on aime la Volonté de Dieu ; lorsqu'on aime la Croix…, alors, et seulement alors, c'est Lui qui la porte, cette croix.

Forge, 770

Signes non équivoques de la véritable Croix du Christ : la sérénité, un profond sentiment de paix, un amour prêt à toute sorte de sacrifice, une grande efficacité qui émane du Côté même de Jésus, et toujours, à l'évidence, la joie. Une joie qui vient de cette certitude : qui se donne vraiment se trouve tout près de la Croix et, par conséquent, près de Notre-Seigneur.

Forge, 772