Fernando Orús Graf, prêtre de l’Opus Dei, décédé

Le 10 juillet 2018, Fernando Orús Graf, prêtre de l’Opus Dei, est décédé à Zürich d’une pneumonie, dans sa 75ème année. De nombreuses personnes en Suisse sont dans le deuil pour avoir perdu un pasteur bien-aimé et très dévoué.

L'Opus Dei en Suisse
Opus Dei - Fernando Orús Graf, prêtre de l’Opus Dei, décédé

«Dr. Graf» - ou «Don Fernando», comme certains l’appelaient de manière familière et adéquate - est né le 1er janvier 1944 à Salamanque, d’un père espagnol et d’une mère gréco-suisse. Il a fait toute sa scolarité à Salamanque et c’est là aussi qu’il a fait la connaissance de l’Opus Dei, dans lequel il s’engagea plus tard. De 1961 à 1966, il a étudié le Droit à l’Université de Navarre. Ensuite, il a été appelé à Rome dans un Centre de formation international de l’Opus Dei, où il étudia la Théologie et le Droit canon. Il a été ordonné prêtre en 1969.

Un ami et confesseur cordial et plein d’humour

Il a exercé son ministère sacerdotal d’abord à Saragosse en Espagne. Puis en 1972 déjà, il est venu en Suisse pour y apporter son aide au travail naissant de l’Opus Dei. Dès lors et jusqu’à la fin de sa vie, il a exercé diverses fonctions à Zurich et depuis Zurich. Pendant longtemps, il a été principalement aumônier de jeunes et d’étudiants ; plus tard il s’est surtout dédié à la formation d’adultes. Il a toujours pris en charge les tâches qui lui étaient confiées avec une grande diligence. Habité par une grande confiance en Dieu, il rayonnait d’une chaleur humaine hors du commun. Il avait un humour aimable, parfois taquin, mais jamais blessant. Ces qualités et son zèle pour le bien des âmes ont fait de lui un confesseur et accompagnateur spirituel très apprécié. Il a rendu visite et accompagné de nombreux malades. De 2007 à 2010, il a été aumônier à l’hôpital "Limmattal" (ZH).

Engagement persévérant et passionné malgré des revers de santé

Déjà à cette époque, Don Fernando était lui-même marqué par la maladie. Il avait dû être opéré plusieurs fois dans les années nonante en raison d’un cancer dans la région de la gorge. Il en souffrit les séquelles et sa voix en fut de plus en plus affectée. En 2012, il a dû se soumettre à nouveau à plusieurs interventions, qui ont laissé d’autres traces dans son corps. Tout cela ne l’a toutefois pas empêché d’exercer son ministère sacerdotal sans restriction. Il l’a toujours fait de bon gré, avec sérénité et sans se plaindre, comme si cela allait de soi.

Il travailla ainsi encore six ans de plus. Puis, le 19 juin passé, une nouvelle pneumonie s’est déclarée. Cette fois, elle était si violente, qu’il a fallu l’emmener deux jours plus tard aux soins intensifs. Après avoir lutté pendant près de trois semaines pour sa survie, les médecins ont dû se déclarer vaincus le 10 juillet. Muni de l’Onction des malades, Fernando est décédé accompagné de sa sœur et de son neveu ainsi que de deux autres membres de l’Opus Dei. Il repose au cimetière "Fluntern" à Zurich.

Avec le départ de Dr. Graf ou Don Fernando, de nombreuses personnes ont perdu un pasteur bien-aimé et très dévoué. Elles sont sûres qu’il leur apporte désormais depuis le Ciel compréhension, consolation et encouragement.

Don Fernando a supporté patiemment ses souffrances ; c’était un merveilleux confesseur, dont je n’oublierai jamais la bonté (Un jeune prêtre)

Don Fernando m'a accompagnée durant mes années d'étude à Zurich. Une très belle expérience : grâce à lui, j'ai trouvé le juste équilibre entre vie spirituelle et vie professionnelle et j'ai appris des choses très utiles pour ma vie de foi. Je suivais avec intérêt ses méditations du jeudi soir au Foyer universitaire "Sonnegg", et je me sentais accueillie par lui comme par un père. Pour moi, il incarnait la miséricorde de Dieu (Une journaliste)

Don Fernando – un prêtre empathique, paternel, plein d'humour, qui nous a accompagnés de très près, ma famille et moi, et surtout ma fille gravement malade. Dans toutes les situations, il a été proche de nous et toujours disponible. Il rendait visite à ma fille à l'hôpital chaque jour, il lui apportait la Communion, et il nous a tous aidés à accepter la mort dans une attitude remplie d'espérance dans la vie éternelle dans le Christ. Pour moi, il est l'image d'un homme qui a vécu fermement ancré dans la foi au Christ ressuscité. Avec sa mort, une nouvelle étoile brille dans le ciel – son étoile, qui nous indique le chemin vers le Christ (Une professionnelle, mère de famille)