Évangile de mardi : n'ayez pas peur

Mardi de la 34ème semaine du temps ordinaire (année paire) et son commentaire.

Opus Dei - Évangile de mardi : n'ayez pas peur

Évangile (Lc 21,5-11)

En ce temps-là, comme certains parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara :

« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »

Ils lui demandèrent :

« Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »

Jésus répondit :

« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin. Alors Jésus ajouta :

« On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel. »


Commentaire

Nous voici déjà dans les derniers jours de l'année liturgique, le moment d'écouter les paroles de Jésus sur la fin des temps. Il ne nous révélera pas ce que beaucoup aimeraient peut-être savoir : quand cela allait arriver ; mais le Maître, qui nous demande toujours de faire confiance à sa parole, ne veut pas nous laisser dans l'ignorance totale au sujet de la fin des temps.

Il se tenait devant le Temple, et ceux qui l'accompagnaient s'émerveillaient de sa splendeur. Ce temple, une fois détruit par l'armée babylonienne et reconstruit après l'exil, avait été agrandi et embelli par Hérode le Grand.

Cependant, Jésus les avertit qu'il sera détruit pour toujours. C'est ce que fit l'armée romaine de Titus en l'an 70. Une prédiction aussi alarmante suscita l'inquiétude des auditeurs : ils voulaient savoir comment ce manifesterait un tel malheur. Mais Jésus change de discours : de plus grands cataclysmes allaient arriver. Et il y aura des gens qui profiteront de l'arrivée de ces catastrophes pour proclamer de faux messianismes, des annonces d'une fin proche.

Un regard sur l'histoire confirme les paroles de Jésus : combien de guerres, de calamités, de souffrances ! Malgré tout, Jésus, avec son autorité divine, veut nous donner confiance, nous transmettre de la force.

Ce sont des signes inquiétants, mais pas pour un chrétien, car "nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu" (Romains 8 : 28). On peut ainsi voir tout ce qui est difficile, mais la parole de Dieu, Jésus, est toujours là pour nous soutenir.

C'est pourquoi saint Josémaria nous dit : « Il te semble que le monde s'écroule.

Autour de toi nulle issue. Impossible, cette fois, de surmonter les difficultés.

Mais aurais-tu oublié, une fois de plus, que Dieu est ton Père ? Tout-puissant, infiniment sage, miséricordieux. Il ne peut rien t'envoyer de mauvais. Cela même qui te préoccupe te convient, même si pour le moment, tes yeux de chair sont aveugles. Omnia in bonum! »[1]



[1] Saint Josémaria, Chemin de Croix, 9ème station, n. 4