Évangile du vendredi : les temples du Saint-Esprit

Évangile du vendredi de la 33ème semaine du temps ordinaire (année paire) et son commentaire.

Opus Dei - Évangile du vendredi : les temples du Saint-Esprit

Évangile (Lc 19, 45-48)

En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait :
« Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits.» Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait.


Commentaire

Dans l’Évangile d'hier, nous avons vu comment le Seigneur a été ému aux larmes en contemplant la ville de Jérusalem. Saint Luc nous raconte comment, après être entré dans la ville, il s'est rendu au Temple, y est entré et a commencé à chasser les marchands et les changeurs de monnaie.

Ce que faisaient les commerçants et les changeurs de monnaie n'était pas une mauvaise chose en soi. Les pèlerins venaient à Jérusalem du monde entier et devaient acheter les agneaux ou les paires de colombes ou de pigeons nécessaires au sacrifice.

En outre, la monnaie pour verser la contribution au Temple ou pour payer la rançon des premiers-nés devait être en monnaie juive. Il était donc nécessaire d'avoir des vendeurs d'animaux et des changeurs de monnaie quelque part, mais le meilleur endroit pour cela n'était pas à l'intérieur du Temple.

Les marchands, désireux d'installer leur boutique dans un meilleur endroit ou de développer leur commerce, avaient auparavant occupé d'autres lieux, jusqu'à franchir les portes du Temple.

Eux, qui devaient servir la louange et l'action de grâces du peuple d'Israël, utilisaient le Temple à leur propre profit, négligeant la louange et l'action de grâces.

Dans cette scène, nous pouvons tous nous reconnaître. Jésus veut entrer dans le Temple de notre cœur, de notre âme, de notre vie - nous sommes des enfants de Dieu, des temples du Saint-Esprit - comme il est entré dans le Temple de Jérusalem. Il vient avec la même idée, la même émotion, le même engagement : faire de notre vie une maison de prière, un lieu où il peut vivre en toute intimité avec nous.

Le fait est que parfois, malgré tant de grâces, on s'habitue, on perd la capacité d'être surpris. Nous pouvons perdre le sens de notre vie et nous laissons Dieu dans un coin.

Nous finissons par donner davantage d'importance à notre travail, à notre repos, à nos distractions, à notre façon de voir la vie, qu'à Dieu. Ce sont de bonnes choses en soi, mais si nous sommes négligents, si nous ne faisons pas de notre âme une maison de prière, Dieu finit par passer au second plan.