Évangile du mardi : les amis intimes du Seigneur

Évangile du mardi de la 29e semaine du temps ordinaire (année paire) et son commentaire.

Opus Dei - Évangile du mardi : les amis intimes du Seigneur

Évangile (Lc 12, 35-38)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir. S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! »


Commentaire

L'Évangile d'aujourd'hui recueille la première des paraboles dans lesquelles le Seigneur nous appelle à la vigilance. Il nous parle des serviteurs qui attendent leur maître à son retour des noces. Avoir la ceinture autour des reins signifie avoir ses vêtements bien ajustés pour servir ; les lampes allumées font allusion au cortège nuptial de la nuit.

Avec cette parabole, Jésus-Christ nous enseigne quelle doit être l'attitude fondamentale du chrétien : être vigilant.

C'est ce qui est propre à l'âme sacerdotale de tout chrétien : nourrir spirituellement le peuple de Dieu, aider le monde à s'ouvrir à Dieu. Chaque chrétien est un gardien qui veille sur ses frères, qui surveille, qui prie, qui protège.

Comme Lui-même veillait au Jardin des Oliviers, le Christ demande à chaque chrétien de prendre en charge les besoins des hommes, de ne pas se laisser emporter par la somnolence et le laisser-aller.

Et lorsque le chrétien vit ainsi, alors se produit ce que Jésus continue de raconter dans la parabole : l'époux met sa ceinture comme un serviteur, s'assoit à sa table et commence à le servir. Et puis la grande transformation s’opère : le serviteur devient l'ami intime.

C'est le grand désir de Jésus-Christ que d'atteindre une communion de vie avec chaque chrétien.

La relation que Dieu veut avoir avec nous n'est pas celle d’un roi avec ses pieux sujets ou d’un maître avec de fidèles serviteurs. Il veut avoir une relation intime et affectueuse avec nous : c'est Lui qui nous désire, nous cherche, nous invite à son festin et nous sert.

Pauvres, simples, sans mérite, sans talents, nous sommes les bien-aimés, les enfants préférés de Dieu. Et pour entrer dans cette fête, le chrétien doit prendre en charge ce que le Christ porte dans son cœur : chacune des personnes de ce monde.