Évangile du mardi : La famille de Jésus

Évangile du Mardi de la 25ème semaine du Temps ordinaire (année paire) et son commentaire.

Opus Dei - Évangile du mardi : La famille de Jésus

Évangile (Lc 8, 19-21)

La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule.

On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. »

Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »


Commentaire

Nous contemplons Jésus assis, entouré par la foule, qu'il instruit par sa parole. Il est lui-même la parole divine faite chair, comme cette lampe qui ne doit pas être cachée sous un vase mais qui, placée sur le lampadaire (cf. Luc 8,16), éclaire les consciences de tous. Nous nous trouvons dans cette foule. Nous voulons être comme Samuel : l'Écriture dit de Samuel que sa proximité et son attention au Seigneur étaient telles qu'aucune des paroles que Dieu lui adressait ne tombait dans l'oreille d'un sourd (cf. 1 Samuel 3:19) ; ou comme Marie de Béthanie, qui "s'asseyait aux pieds du Seigneur et écoutait sa parole" (Luc 10:39).

Soudain, certaines personnes présentes interrompent Jésus pour l'avertir que sa mère et d'autres membres de sa famille sont dehors. Ils viennent à sa recherche, peut-être parce que la conversation a duré plus longtemps que prévu. Rien d’étonnant : la foule se plaisait à écouter le maître de Nazareth ; tous "étaient frappés par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes" (Marc 1, 22). Jésus profite de cette interruption pour révéler quelque chose d'inattendu : la véritable parenté avec Jésus vient de l'écoute de sa parole, plus que des liens du sang.

C'est ainsi qu'a agi Marie, la mère de Jésus : avant de le concevoir dans son sein, elle a écouté Dieu, médité ses paroles dans son cœur et les a mises en pratique. Elle a donc porté comme fruit virginal le Fils de Dieu lui-même. Elle est le modèle des disciples de Jésus. En l'écoutant et en nous identifiant à ses enseignements, nous ne sommes pas seulement ses disciples, mais nous devenons aussi frères de Jésus, fils d'un même père. C'est seulement ainsi que nous pouvons porter du fruit : que beaucoup découvrent leur parenté avec Dieu, leur filiation divine. Comme l'enseignait saint Josémaria : « Aucun fils de la Sainte Église ne peut vivre tranquille, sans éprouver de l’inquiétude devant ces masses dépersonnalisées : horde, troupeau, meute, t’ai-je écrit une fois. Mais que de nobles passions sous leur apparente indifférence ! Et donc que de virtualités! »[1].



[1] Saint Josémaria, Forge, n°901