Au fil de l’Évangile : l’humilité de Jean Baptiste

Évangile du samedi après l’Épiphanie (Année B), commentaire et questions pour guider l’examen de conscience.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile : l’humilité de Jean Baptiste

Évangile (Jn 3, 22-30)

En ce temps-là, Jésus se rendit en Judée, ainsi que ses disciples ; il y séjourna avec eux, et il baptisait. Jean, quant à lui, baptisait à Aïnone, près de Salim, où l’eau était abondante. On venait là pour se faire baptiser. En effet, Jean n’avait pas encore été mis en prison. Or, il y eut une discussion entre les disciples de Jean et un Juif au sujet des bains de purification. Ils allèrent trouver Jean et lui dirent :
« Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont à lui ! »
Jean répondit :
« Un homme ne peut rien s’attribuer, sinon ce qui lui est donné du Ciel. Vous-mêmes pouvez témoigner que j’ai dit : Moi, je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui. Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. »


Commentaire

Cette scène de l’évangile raconte des faits qui eurent lieu après le baptême de Jésus par Jean Baptiste. Il est dit que « Jésus se rendit en Judée (…) et il baptisait ». On s’est demandé quelle était la nature de ce baptême administré par Jésus au début de son ministère public. Les opinions divergent, y compris parmi les Pères de l’Église, mais il semble néanmoins probable qu’il ne s’agissait pas du baptême sacramentel, qui ne sera pratiqué qu’à partir de la Pentecôte.

Quoiqu’il en soit, on voit que Jésus a très vite attiré les foules, et cela a entraîné une certaine jalousie chez les disciples de Jean Baptiste : « Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise, et tous vont à lui ! » À cela, Jean Baptiste répond : « Je ne suis pas le Christ, mais j’ai été envoyé devant lui. ».

Jean Baptiste était donc très conscient que Jésus était le Messie annoncé et attendu par les prophètes, et sa mission consistait à lui attirer de nouveaux disciples. C’est ce qu’il a fait en lui envoyant ses disciples André et Jean, lesquels entraînèrent à la suite de Jésus leurs frères respectifs Pierre et Jacques. C’est pourquoi Jean Baptiste a cherché à calmer ses disciples inquiets en leur disant sa joie de voir Jésus se manifester : « Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite. »

Ce passage se conclut par la célèbre affirmation d’humilité de Jean Baptiste : « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue. ».

Jésus fera plus tard un formidable éloge de Jean Baptiste : « parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé plus grand que Jean le Baptiste » (Mt 11, 11). Il semble évident que ce qui a rendu Jean Baptiste si grand c’est son humilité et le désir d’agir uniquement pour la gloire de Dieu.


Examen de conscience

1. « Lui, il faut qu’il grandisse ; et moi, que je diminue », a déclaré Jean Baptiste dans une formule qui pourrait être considérée comme sa devise personnelle. Est-ce que j’essaie de pratiquer la vertu d’humilité pour que notre Seigneur trouve mon cœur délivré de toute visée humaine ?

2. Est-ce que je m’inspire, moi aussi, de la devise de Jean dans ma vie de tous les jours, en famille à la maison, au bureau, dans les transports et, en général, dans ma vie dans la cité ?

3. Concrètement, est-ce que je sais céder dans une discussion portant sur des questions non essentielles ? Et s’il s’agit de questions essentielles, est-ce que je sais présenter la vérité avec humilité et respect des autres, sans jamais chercher à les humilier ou à avoir le dernier mot ?