Au fil de l’Évangile de samedi : Les riches dans le royaume des cieux

Commentaire du samedi de la 9ème semaine du Temps ordinaire. "Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre." Cette femme pauvre nous donne un exemple vivant de la façon dont la pauvreté chrétienne nous rend plus libres pour aimer Dieu et les autres.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de samedi : Les riches dans le royaume des cieux

Évangile (Marc 12, 38-44)

En ce temps-là,
dans son enseignement, Jésus disait :
« Méfiez- vous des scribes,
qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat
et qui aiment les salutations sur les places publiques,
les sièges d’honneur dans les synagogues,
et les places d’honneur dans les dîners.
Ils dévorent les biens des veuves
et, pour l’apparence, ils font de longues prières :
ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »

Jésus s’était assis dans le Temple
en face de la salle du trésor,
et regardait comment la foule y mettait de l’argent.
Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes.
Une pauvre veuve s’avança
et mit deux petites pièces de monnaie.
Jésus appela ses disciples et leur déclara :
« Amen, je vous le dis :
cette pauvre veuve a mis dans le Trésor
plus que tous les autres.
Car tous, ils ont pris sur leur superflu,
mais elle, elle a pris sur son indigence :
elle a mis tout ce qu’elle possédait,
tout ce qu’elle avait pour vivre. »


Commentaire

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, saint Marc raconte le cas d'une pauvre femme veuve qui jette quelques pièces dans le Trésor du temple, s'attirant ainsi les louanges du Seigneur.

Les paroles de Jésus sur la générosité de cette femme de bien qui a "jeté tout ce qu'elle avait" révèlent la joie profonde et l'admiration du Seigneur pour elle.

Au cours du Sermon sur la montagne, le Seigneur avait fait l'éloge des "pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux" (Mt 5, 3). La pauvreté est une vertu chrétienne qui nous aide à donner une vraie valeur aux choses matérielles et à mettre tous nos désirs et toutes nos forces pour obtenir des biens immatériels.

Parfois, cette vertu sera vécue à partir du manque de biens matériels, même ceux qui semblent nécessaires à la vie. A d'autres moments, la pauvreté n'impliquera pas ce manque, mais le besoin de vivre avec ce désir d'atteindre des biens impérissables sera le même.

Par conséquent, la pauvreté est une vertu qui a beaucoup à voir avec la grandeur d'âme et aussi avec la liberté, afin de ne pas être esclave des choses terrestres.

Près de vingt siècles plus tard, lors d'un des séjours de saint Josémaria en Argentine, dans l'une des nombreuses réunions qu'il a eues, une femme d'âge mûr a pris la parole et, avec une grande simplicité, lui a dit qu'elle était pauvre. Elle a ajouté qu'elle n'avait jamais été malheureuse à cause de son humble condition, mais elle a admis qu'à ce moment-là, elle regrettait de ne pas avoir plus de biens, parce qu'elle aurait voulu donner plus de choses à saint Josémaria pour les mettre au service des âmes.

Dans le film qui a été réalisé à ce moment-là, on peut voir saint Josémaria ému par les paroles de cette femme, pauvre en bien matériels mais très riche dans son désir de générosité et de dévouement à Dieu et aux autres. Nous pouvons penser que notre Seigneur a dû ressentir quelque chose de semblable devant la scène de la veuve jetant ces pièces dans le Trésor du temple.

Demandons au Seigneur de nous aider à vivre la vraie pauvreté chrétienne, qui nous rend plus libres d'aimer Dieu et nos frères et sœurs.