Au fil de l’Évangile de samedi : En mon nom

Commentaire du samedi de la 6ème semaine de Pâques. "Ce jour-là, vous demanderez en mon nom". Prions avec une plus grande foi le Notre Père, la prière du Seigneur, en demandant à Dieu dans la foi, au nom de Jésus, que nous puissions toujours et en toutes choses faire sa volonté.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de samedi : En mon nom

Évangile (Jean 16, 23-28)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Amen, amen, je vous le dis :
ce que vous demanderez au Père en mon nom,
il vous le donnera.
Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ;
demandez, et vous recevrez :
ainsi votre joie sera parfaite.

En disant cela, je vous ai parlé en images.
L’heure vient où je vous parlerai sans images,
et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père.
Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ;
or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous,
car le Père lui-même vous aime,
parce que vous m’avez aimé
et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti.
Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ;
maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père. »


Commentaire

Dans sa prédication, Jésus a utilisé plusieurs comparaisons pour exhorter la prière persévérante à Dieu : la foi comme une graine de moutarde, la parabole de la veuve et du juge injuste, la parabole de l'ami inopportun....... Maintenant, sans comparaison, il révèle que toute requête doit être adressée au Père au nom de Jésus. Les disciples ont été surpris d'entendre "en mon nom". C'était comme leur dire : "Je suis le nom de Dieu". En lui, ils ont le Fils de Dieu, qui est en pleine communion avec Dieu le Père. C'est ce que saint Paul a enseigné à Timothée : " En effet, il n’y a qu’un seul Dieu ; il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus." (1 Timothée 2, 5).

Les disciples, surtout dans la récitation des Psaumes, priaient déjà Dieu avec Je rendrai grâce au Seigneur pour sa justice, je chanterai le nom du Seigneur, le Très-Haut" (Psaume 7,18). Pour toi, j'exulterai, je danserai, je fêterai ton nom, Dieu Très-Haut"(Psaume 9:3). "Que le Seigneur te réponde au jour de détresse, que le nom du Dieu de Jacob te défende. (...) Aux uns, les chars ; aux autres, les chevaux ; à nous, le nom de notre Dieu : le Seigneur". (Psaume 20, 2.8). Et ils avaient appris des lèvres de Jésus lui-même la meilleure façon de prier : "Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié". Or, ils ont découvert que ce Nom du Seigneur est "Jésus", qui leur parle, en qui ils peuvent placer toute leur confiance.

Toute notre prière doit avoir ce chemin : vers le Père, " par Jésus-Christ notre Seigneur ", comme nous le faisons déjà continuellement dans la prière liturgique. Peut-être avons-nous souvent l'impression de manquer de foi, et nous faisons nôtre la requête des Apôtres : "Augmente en nous la foi" (Luc 17,5), et notre union avec Lui grandit, jusqu'à ce que nous priions avec une conviction toujours plus grande : "Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel". Saint Josémaria priait souvent, et il a laissé par écrit, avec insistance, cette prière de demande primordiale : " Que la juste, que l’aimable volonté de Dieu soit faite, accomplie, louée et éternellement exaltée par-dessus toutes choses. - Amen"[1].



[1] Saint Josémaria, Chemin, 691