Au fil de l’Evangile de lundi : Vaincre la peur

Commentaire du lundi de la 6ème semaine de Pâques. "Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d'auprès du Père, lui, l'Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur". La promesse de l'envoi du Saint-Esprit nous aide à surmonter toute crainte ou difficulté que nous éprouvons à proclamer notre foi.

Opus Dei - Au fil de l’Evangile de lundi : Vaincre la peur

Évangile (Jean 15,26-27 ; 16,4a)

En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.

Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.

Je vous parle ainsi, pour que vous ne soyez pas scandalisés. On vous exclura des assemblées. Bien plus, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu. Ils feront cela, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi. Eh bien, voici pourquoi je vous dis cela :

quand l’heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. »


Commentaire

Dans l'Évangile que l'Église nous propose de considérer aujourd'hui, le Seigneur parle à ses disciples avec réalisme des difficultés qu'ils devront affronter pour être ses témoins et proclamer sa parole.

Comme le disait saint Josémaria, " l'enseignement chrétien sur la souffrance n'est pas un programme de consolations faciles. Il s'agit, tout d'abord, d'une doctrine d'acceptation de la souffrance, qui est en fait inséparable de toute vie humaine. 1

Dans le monde dans lequel nous vivons - qui n'est pas si différent de celui qu'ont connu les premiers disciples du Seigneur - il peut parfois être difficile pour nous de vivre une vie cohérente avec notre identité d'enfants de Dieu qui cherchent à placer le Christ au sommet de toute activité humaine"[1].

Parfois, nous pouvons même ressentir la peur des conséquences de nos décisions pour vivre notre foi : "les peurs sont une force incontrôlée en nous (...) Elles génèrent des tensions et des angoisses, elles nous enlèvent une grande partie de notre liberté, elles nous enferment dans la timidité et le repli sur soi ou, au contraire, elles nous font devenir défensifs et réagir de manière agressive"[2].

Mais le Seigneur, face à la peur qui nous saisit, nous offre quelque chose qui la dépasse de loin : le Consolateur, l'Esprit Saint, celui qui témoigne de Dieu à tout moment, parce qu'il est Dieu lui-même.

Ayons souvent recours à l'Esprit Saint pour nous aider à surmonter ces peurs et à affronter chaque jour avec l'espérance des enfants de Dieu.

Je ne peux pas vous cacher - avec joie, car j'ai toujours prêché et essayé de vivre que là où est la Croix, il y a le Christ, l'Amour - que la douleur est souvent apparue dans ma vie ; et plus d'une fois j'ai eu envie de pleurer. (Quand le Christ passe, n° 168)



[1] Saint Josémaria, Le Christ passe, n° 186.

[2] Jutta Burgraff, La liberté vécue avec la force de la foi.