Au fil de l’Évangile de lundi : Un amour sans mesure

Commentaire du lundi de la 2ème semaine de Carême "Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux." La mesure du Seigneur est un amour sans mesure qui embrasse tout le monde depuis la Croix. Demandons-lui, en ce temps de conversion, de nous accorder un cœur miséricordieux comme le sien.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de lundi : Un amour sans mesure

Évangile (Luc 6,36-38)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. »


Commentaire

Le bref extrait que l'Église nous invite à considérer aujourd'hui contient le cœur de l'enseignement du Seigneur concernant l'amour et la miséricorde que nous, les chrétiens, sommes appelés à témoigner aux autres, et qui se manifestent, d'une manière particulière, dans le pardon.

Dans la Bulle d'indiction à l'Année de la Miséricorde 2016, le Pape François explique :

« La Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché »[1].

La mesure du Christ sur la Croix est un amour sans mesure, un pardon qui embrasse tout le monde. L'exigence du Seigneur est très élevée, et nous sommes appelés à l'imiter aussi dans cet Amour pour tous les hommes.

Parfois, nous pouvons penser que les imperfections et les péchés, personnels et ceux des autres, constituent une barrière insurmontable pour le cœur de Dieu. Cependant, comme le rappelle saint François de Sales, il ne fait aucun doute que "Dieu déteste les défauts, car ce sont des défauts. Mais d'un autre côté, dans un certain sens, il aime le manque dans la mesure où il lui donne l'occasion de montrer sa miséricorde et nous donne la possibilité de devenir humbles, de comprendre et de partager les besoins de notre voisin »[2].


[1] Pape François, Bulle d'indiction de l’année de la Miséricorde, 11.IV.2015, n.2.

[2] Saint François de Sales, cité par Jean Paul 1er, Audience Générale, 20/09/1978