Au fil de l’Évangile de lundi : "S'habituer à la logique de Dieu"

Commentaire du lundi de la 2ème semaine de Pâques. « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »". Jésus profite de la curiosité de Nicodème, un juif influent, pour l'inviter à abandonner ses schémas de pensée et à apprendre la logique divine, caractérisée par une vie attentive aux inspirations que l'Esprit Saint veut nous communiquer.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de lundi : "S'habituer à la logique de Dieu"

Évangile (Jean 3, 1-8)

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.

Il vint trouver Jésus pendant la nuit.

Il lui dit :

« Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »

Jésus lui répondit :

« Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »

Nicodème lui répliqua :

« Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »

Jésus répondit :

« Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit: il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »


Commentaire

L'Évangile d'aujourd'hui nous présente le dialogue de Jésus avec Nicodème. Saint Jean nous dit que Nicodème était un Juif influent, un Pharisien. Cette position sociale explique peut-être pourquoi il est parti de nuit à la recherche de Jésus. Il ne voulait pas être vu par ses compagnons, qui s'étaient opposés à de nombreuses reprises au nouveau maître venu de Galilée.

Nicodème était émerveillé par les signes que Jésus accomplissait et voulait en savoir plus, le rencontrer personnellement. Il n'a aucun mal à exprimer son admiration, et lui dit sans ambages "personne ne peut faire les merveilles que tu fais si Dieu n'est pas avec lui" (v. 2). Cette curiosité est l'occasion pour Jésus de lui faire découvrir une nouvelle logique, celle du Royaume de Dieu, qui va déconcerter Nicodème.

Jésus commence à lui parler du nouveau Royaume et de la manière d'y entrer. Pour nous, chrétiens habitués au langage de la foi, les idées de Jésus ne nous choquent peut-être pas. Pour Nicodème, par contre, c'était mystérieux. Comment un homme peut-il naître alors qu'il est vieux ? Peut-il retourner dans le ventre de sa mère et renaître ? (v. 4).

Jésus invite ce pharisien influent à penser ce qui est vraiment décisif, ce ne sont pas tant les signes qu'il a vus que la nouvelle naissance que l'Esprit Saint engendre en nous. C'est l'action de Dieu qui nous fait quitter une vie selon la chair pour passer à une vie selon l'Esprit. En d'autres termes, l'Esprit Saint nous pousse à abandonner le péché, une vie centrée sur nos propres choses, sur notre "moi", pour passer à une vie de communion avec Dieu et avec les autres.

Le contraste entre ces deux mentalités peut nous aider à réfléchir à notre façon d'affronter la vie quotidienne. La liturgie nous rappelle cette fameuse conversation pour nous montrer que Dieu agit avec une logique différente et que, bien souvent, nos façons de penser et de réagir ne tiennent pas compte du point de vue surnaturel, elles sont trop "humaines". Jésus, en promettant le don de l'Esprit Saint, vient instaurer une nouvelle musique qui, comme le vent, nous ne savons ni d'où il vient ni où il va, et qui nécessite des instruments dociles, prêts à suivre le rythme divin et à apprendre à danser "au pas de Dieu".