Au fil de l’Évangile de lundi : Jésus est le seul chemin vers le salut

Commentaire du lundi de la 16ème semaine du Temps ordinaire. "Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas ". Aucun signe ou miracle spécial n'est nécessaire pour qu'une personne sincère réponde généreusement à l'invitation de Notre Seigneur à le suivre.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de lundi : Jésus est le seul chemin vers le salut

Évangile (Matthieu 12, 38-42)

En ce temps-là,
quelques-uns des scribes et des pharisiens
adressèrent la parole à Jésus :
« Maître, nous voulons voir un signe venant de toi. »
Il leur répondit :
« Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe,
mais, en fait de signe,
il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas.
En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin
trois jours et trois nuits,
le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre
trois jours et trois nuits.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive
se lèveront en même temps que cette génération,
et ils la condamneront ;
en effet, ils se sont convertis
en réponse à la proclamation faite par Jonas,

Commentaire

Notre Seigneur sait que la demande des scribes et des pharisiens n'est pas sincère et manque de bonne foi. Par leur demande explicite, ils veulent mettre Jésus à l'épreuve, et sont probablement prêts à attribuer à Belzébul (comme ils l'avaient fait peu avant, cf. Mt 12,24) tout miracle qu'il pourrait accomplir. Il rejette donc fermement leur demande.

Il fait ensuite référence à un "signe de Jonas". Ce signe fonctionne à plusieurs niveaux. Concrètement, comme le dit l'Évangile, les trois jours et les trois nuits de Jonas dans le ventre de la baleine sont un signe de l'intervalle entre la mort et la résurrection de notre Seigneur. Cette interprétation est également soutenue par le signe parallèle du temple reconstruit en trois jours. Lorsque le même groupe de personnes lui avait demandé : "Quel signe nous donnes-tu pour faire cela ?", Jésus avait répondu : "Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai" (Jn 2, 17-22).

Mais il existe d'autres points de comparaison évidents avec Jonas, et Jésus y faisait probablement aussi référence. Plus largement, toute la mission de Jonas est un signe : le sacrifice volontaire de sa vie pour sauver ses compagnons, sa fuite miraculeuse de sa mort et le succès merveilleux de sa prédication à Ninive. Tout cela est mis en parallèle avec la mort rédemptrice de notre Seigneur, sa résurrection et le triomphe ultérieur de l'Évangile.

Les scribes et les pharisiens, instruits des Écritures, pouvaient aussi comprendre l'avertissement des paroles de Notre Seigneur : " Réalisez qu'il y a plus ici que Jonas ". Ils ont obstinément rejeté le message de Jésus. Cependant, les Ninivites se sont repentis lorsqu'ils ont été confrontés au message de Jonas : "Dans quarante jours, Ninive sera détruite". Ainsi, si les scribes et les pharisiens continuaient à mépriser le message de notre Seigneur, ils seraient eux aussi confrontés au désastre, et - semble-t-il ajouter - cela arrivera à cette génération.

Quant à nous, tout le passage est une exhortation à nous tourner vers Notre Seigneur et à accepter ses enseignements, car ils sont la vraie et seule voie du salut.