Au fil de l’Évangile de jeudi : "Instructions pour le voyage".

Commentaire du jeudi de la 4ème semaine du temps ordinaire. "Il appela les Douze et commença à les envoyer deux par deux. Et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route". Pour être témoins de Jésus, au premier siècle comme aujourd'hui, peu de choses sont nécessaires : un cœur libre, la famille de l'Église et l'aide de Dieu.

Opus Dei - Au fil de l’Évangile de jeudi : "Instructions pour le voyage".

Évangile (Mc 6, 7-13)

En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture.

« Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. »

Il leur disait encore :

« Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez- y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. »

Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.


Commentaire

Les apôtres sont littéralement les "envoyés", ceux qui ont été choisis par Dieu pour apporter la bonne nouvelle au monde entier. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous trouvons les instructions pour le voyage, un mot qui n'indique pas seulement l'itinéraire d'un voyage, mais aussi l'expérience pour se mettre à la suite de Jésus.

La première règle que le Maître nous donne est d'y aller "deux par deux". La foi n'est pas une foi individuelle, mais un patrimoine de l'Église : "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux" (Mt 18, 20). Depuis les premiers siècles jusqu'à aujourd'hui, l'apostolat chrétien a toujours été partagé, comme les missionnaires dans les pays lointains qui ne partent jamais seuls.

Deuxièmement, il est important de "ne rien prendre pour le voyage", ni nourriture, ni boisson, ni argent. Cela indique la liberté du don de soi qui nous permet d'accomplir la volonté de Dieu : "Pour arriver à Dieu, le Christ est le chemin ; mais le Christ est sur la Croix, et pour monter à la Croix il faut avoir le cœur libre, détaché des choses de la terre" (Saint Josémaria, Chemin de Croix, n° 10).

La seule chose qu'un disciple de Jésus doit porter est un bâton, qui rappelle le soutien et la protection de Dieu : " je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure" (Ps 23, 4).

Les recommandations appellent à la confiance en Dieu et dans le prochain et impliquent la pratique de l'hospitalité et du soutien caractéristiques des premières communautés chrétiennes. Lors de leur mission dans une région, les disciples ont trouvé l'hospitalité dans des familles qui leur ont fourni tout ce dont ils avaient besoin, car "l’ouvrier mérite son salaire" (Lc 10, 7).

Comme les premiers apôtres, les chrétiens d'aujourd'hui ont besoin de peu de choses pour suivre le Seigneur : un cœur libre, la famille de l'Église et l'aide de Dieu.