Au fil de l'Évangile du lundi : accueillir la parole de Jésus

Commentaire du lundi de la 3ème semaine de Carême. "Passant au milieu d'eux, il s'en alla". Jésus se fait connaître comme Messie et dès le début, il est rejeté. Le Seigneur veut que nous l'accueillions avec liberté et ce temps de Carême est une opportunité dont nous devons savoir profiter.

Évangile (Luc 4, 24-30)

Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclara :

« Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays. En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère. Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »

À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.


Commentaire

Jésus prononce ces mots dans la synagogue de Nazareth. Il la connaissait très bien.En effet, il y est allé pendant de nombreuses années, accompagné de Marie et de Joseph, pour prier et écouter la Parole de Dieu.

Sa présence dans la synagogue à cette occasion est différente. Le temps était venu pour lui de se faire connaître et il l'a fait en tant que prophète : "aucun prophète n'est le bienvenu sur sa propre terre".

Ceux qui l'écoutent connaissent l'histoire d'Israël et il leur donne l'exemple d'Elie et de la veuve de Sarepta, ainsi que l'exemple du prophète Elisha et de Naaman le Syrien.

Les auditeurs se révoltent contre Jésus, remplis de colère. Ils n'acceptent pas un prophète, un messie qui est de l'humble condition de Jésus. Ils cherchaient un messie qui les libérerait du joug des Romains. Ils n'avaient pas un cœur vraiment ouvert à la vérité. Il semble qu'ils étaient pleins de préjugés qui entravent toujours la richesse de la Parole et son action salvatrice.

Ils essaient de le tuer, mais ils ne peuvent pas. Jésus s'en va, passant au milieu d'eux. Le moment de la croix n'est pas encore arrivé et c'est seulement le Père qui a déterminé le moment de la mort de Jésus sur la croix.

Nous lisons ce passage de l'Évangile au milieu du carême. Une fois de plus, nous voyons Jésus qui est rejeté par son peuple. Celui qui est venu remplir les âmes de joie véritable n'est ni compris ni accepté.

Ce temps de carême est un bon moment pour méditer sur la façon dont nous acceptons la parole de Jésus. Celle que nous trouvons plus agréable et celle que nous trouvons plus difficile à accepter.

Javier Masa / Photo: Matteo Grando G - Unsplash