Au fil de l'Évangile de mercredi : Inverser le mouvement

Commentaire du mercredi de la 5ème semaine du temps ordinaire. « Ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur." Les progrès scientifiques en médecine ont permis une connaissance toujours plus détaillée du corps humain, de ses réactions, de ce qui lui fait du bien et de ce qui lui fait du mal. Cependant, il serait utile de se demander si nous faisons au moins autant d'efforts pour avoir une âme pure que pour avoir un corps sain.

Opus Dei - Au fil de l'Évangile de mercredi : Inverser le mouvement

Évangile (Marc 7, 14-23)

En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait :
« Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »

Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole. Alors il leur dit :
« Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? »
C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments. Il leur dit encore :
« Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur. Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »


Commentaire

Il n'y a peut-être pas de preuves, mais il est possible que notre époque soit celle des régimes alimentaires. Il est difficile de croire que les ventes actuelles de livres sur la nutrition saine et les bonnes habitudes alimentaires aient été aussi élevées à une autre époque.

Cela peut certainement être considéré comme une avancée. Les progrès scientifiques et médicaux ont conduit à une connaissance de plus en plus détaillée du corps humain, de ses réactions, de ce qui est bon pour lui et de ce qui est mauvais pour lui. Ces connaissances ont probablement amélioré la santé et la qualité de vie de nombreuses personnes.

Cependant, il serait utile de faire une analyse de la situation : combien de ces personnes qui consacrent de l'argent, du temps et des efforts à l'entretien de leur corps, consacrent au moins les mêmes ressources à l'entretien de leur âme ? Essaient-elles au moins de lire des livres qui les guident dans cette direction ? Dans ce passage de l'Évangile, qui est la suite de celui que nous avons lu hier, Jésus essaie d'aider les personnes qui l'écoutent à se concentrer sur ce qui est vraiment important : à cette époque, en raison de l'influence des Pharisiens, il y avait un grand souci de pureté rituelle, qui comprenait l'interdiction d'un certain nombre d'aliments qui pouvaient souiller une personne.

Cependant, le Seigneur veut que vous compreniez que le mouvement doit être inversé : ce n'est pas de l'extérieur que l'âme est tachée, c'est de l'intérieur que l'impureté surgit.

Nous avons parfois tendance à mettre l'accent sur les circonstances de l'environnement : la publicité, les conversations des amis, l'influence négative de certains médias. Mais Jésus insiste sur le fait que la première chose que nous devons regarder dans chaque examen de conscience est notre propre cœur. Savons-nous vraiment nous passer de ce qui tache notre âme ? Savons-nous vraiment comment purifier cette source de péché qu'est notre propre intériorité ?

Il convient de se demander si nous faisons au moins autant d'efforts pour avoir une âme propre que pour avoir un corps sain. Pour cela, le contact continu avec Marie Très Sainte est très utile : Elle, qui est totalement pure, purifiera avec son amour maternel toutes ces mauvaises choses qui viennent de l'intérieur et qui rendent l'homme impur, en nous conduisant sur le chemin de la contrition.