Au fil de l’Évangile de samedi : La foi, lumière du cœur

Commentaire du samedi de la 3ème semaine de Pâques. "Cet enseignement est rude, qui peut l'entendre ?" L'acceptation ou le rejet des paroles de Jésus sont fondés sur une attitude préalable de bonnes ou de mauvaises dispositions. Lorsque l'âme est disposée à le faire, alors, dans le cœur, s'ouvre une porte par laquelle la lumière peut entrer, ce qui nous permet de voir avec les yeux du Christ.

Évangile (Jean 6,60-69)

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent:
« Cette parole est rude ! Qui peut l’entendre ? »
Jésus savait en lui-même que ses disciples récriminaient à son sujet. Il leur dit :
« Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !… C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. »
Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait. Il ajouta :
« Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »

À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. Alors Jésus dit aux Douze :
« Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit :
« Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »


Commentaire

Les paroles de Jésus ne laissent personne indifférent : soit on les accepte, même si on ne les comprend pas complètement, soit on les rejette. Mais le rejet n'est pas dû au fait que Jésus dit des choses qui ne peuvent être acceptées. Cela ressemble souvent à une excuse. Il y a quelque chose de préalable : un refus de croire. Lorsque nous allons planter une graine, nous préparons le sol. Lorsque nous allons chanter, nous exerçons nos cordes vocales. Quand nous allons cuisiner, nous chauffons d'abord le four. Nous faisons l'expérience dans cette vie que le grand et le petit, le manuel et l'intellectuel, tout nécessite une préparation préalable. Et cela affecte également la foi. Celui qui ne veut pas croire, ne peut pas croire. Nous avons besoin d'un minimum de bonnes dispositions, d'ouverture de cœur. C'est la préparation à la foi.

Pourquoi certaines personnes rejettent-elles Jésus, même sans avoir essayé de vivre selon sa parole ? On pourrait dire que, lorsque l'horizon de sa vie est devenu trop étroit, lorsqu'on s'est habitué à vivre de l'immédiat ou de ce qui nous réconforte ici et maintenant, même si ce confort ne dure pas longtemps, toute parole qui nous invite à vivre autrement est perçue comme une ingérence ou une agression inexcusable. Mais Jésus n'est pas venu pour condamner mais pour sauver, il n'est pas venu pour asservir mais pour libérer. Et cela nous aide à comprendre que lorsque le cœur n'est pas préparé, on n'est pas capable d'apprécier et d'accepter l'amour qui nous est offert.

Jean l'évangéliste dit que beaucoup de ceux qui suivaient Jésus ne croyaient pas et que l'un d'entre eux allait même le trahir. Comment est-il possible d'arriver à une telle situation ? Quelles attentes avaient-ils ? Quelles attentes avons-nous lorsque nous nous approchons du Seigneur ? Nous pouvons nous rappeler ces paroles de Jésus lui-même : " Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne " (Lc 22,42). Nous pourrions les traduire ainsi : "Seigneur, c'est ma vision de la vie, mais tu en sais beaucoup plus que moi, aide-moi à t'ouvrir mon cœur et à voir avec tes yeux". Le fait est que parfois nous sentons que, si nous voyons avec les yeux du Christ, quelque chose dans notre vie devrait changer, et peut-être que nous ne voulons pas le faire. C'est alors, plus que jamais, que nous faisons l'expérience de la vérité de ces mots : si Dieu ne nous aide pas, nous ne pouvons pas nous approcher de Lui. Mais quel est l'intérêt d'une vie loin de Dieu ? C'est pourquoi voici une bonne prière : " Que je voie avec tes yeux, mon Christ, Jésus de mon âme ! (Saint Josémaria, 19 mars 1975).

Juan Luis Caballero // Matt Howard - Unsplash